24
avr

Vénéneuses - Anna Godbersen

"Le dimanche, on lit au lit, et chaque jour, avec l'été précoce, on lit sur le transat".

(attention, si vous n'avez pas lu les trois premiers tomes, ce billet pourrait vous révéler quelque peu leur intrigue)

Rhaaaaaaaaaaaaa, quel bonheur intense d'enfin pouvoir lire ce quatrième et dernier volet de la saga d'Anna Godbersen, cette saga aux couvertures qui font rêver, après avoir découvert, au fil des années, Rebelles, Rumeurs et Tricheuses.  Quel bonheur de savoir que le dénouement final aura lieu, que je saurai tout tout tout... passque bon, hein, Rebelles est sorti en 2008... ça fait long, une telle attente.

Je retrouve donc avec une joie intense Elizabeth, enceinte de l'un, mariée à l'autre, qui tente de se créer un bonheur tout relatif, Diana et Henry, toujours fous amoureux malgré le mariage forcé de ce dernier avec la vilaine Pénélope, laquelle va enfin découvrir ce que le mot "désillusion" signifie

Diana, le coeur brisé, court le monde à l'aventure mais ne peut oublier Henry. Carolina, l'ex-femme de chambre, est devenue une icône de la société mondaine. Penelope, enfin au bras d'Henry qu'elle convoitait tant, perd la tête pour les beaux yeux d'un prince. Alors qu'elles se croyaient à l'abri, de nouveaux scandales éclaboussent leurs belles robes. Cette fois, les vénéneuses risquent de se brûler les ailes à jamais...  Et puis Carolina, enfin sortie de sa condition sociale modeste, après tant d'efforts.  Leurs vies vont à nouveau être totalement chamboulées, bouleversées, transformées, et, comme le dit si bien le résumé de l'ouvrage : "Alors qu'elles se croyaient à l'abri, de nouveaux scandales éclaboussent leurs belles robes. Cette fois, les vénéneuses risquent de se brûler les ailes à jamais..."

Voilà un dernier ouvrage d'une saga aussi captivant que les trois premiers, avec cet avantage qu'il offre enfin une "end" aux histoires de protagonistes auxquelles je me suis finalement vachement attachée, au fil des ans.  Pas toujours une "happy end", mais ça, l'auteure m'y a bien souvent habituée... mais une "end".  Pas toujours celle dont j'avais rêvé pour Elisabeth et Diana, voire Carolina et Pénélope, mais une "end".

J'ai adoré cette saga, qui réussit le pari de nous offrir de la romance et de l'aventure tout en nous permettant de découvrir comment les femmes vivaient au début du 20e siècle.  Paradis.  Enfer.  Un peu des deux, en fait.

Si vous ignorez tout de ces ouvrages, je vous conseille de lire les quatre d'affilée, d'autant que les deux premiers sont déjà dispos en poche, si c'est pas du bonheur ça, je vous le demande, keske c'est !

Les commentaires sont fermés.