10
avr

L'appel de l'ange - Guillaume Musso

"Le dimanche, on lit au lit".

Avril, c'est le mois des jonquilles, des soirées qui rallongent, des premiers bains de soleil, de la perspective des fraises, des premiers barbecues et du dernier né de Guillaume Musso.

Chaque année, en avril, je l'attends, tel un messie.

Et je n'ai bien sûr pas fait exception à la règle cette année, d'autant que le pitch de L'appel de l'ange me faisait saliver pire qu'un escargot namurois : un échange de portables dans un aéroport.  Ils ne se connaissent pas.  Ils vont apprendre à se connaître en analysant avec avidité le contenu du portable de l'autre.  Un point commun les réunit.  Sa découverte pourrait s'avérer plus dangereuse que prévu...

Cocktail détonnant pour ce nouveau Musso, que de toutes façons je ne pouvais qu'aimer.  Vous allez me dire que ça manque alors de peps, de lire un livre que je suis certaine d'aimer ?  Je vous répondrai que c'est comme chausser des pompes dont on partage la vie depuis plusieurs années, c'est la garantie d'un confort absolu.  Avec en bonus l'effet de surprise, puisque j'ignore encore l'histoire du livre quand je le commence.  Un peu comme si mes pompes super confortables changeaient de look chaque jour, ô surprise intense et hautement... surprenante.  Confort donc, mais étonnement en sus à chaque page.

Cocktail détonnant donc, puisque, outre la romance savamment distillée, comme à l'accoutumée, le suspens, lui, va grandissant, transformant petit à petit l'histoire en un thriller dont on ne peut arrêter la lecture.  Outre le mystère et l'amour, vlà que l'angoisse est au rendez-vous.   

Et je peux vous dire qu'au moment de ce coup de fil qui a interrompu ma lecture, que j'avais l'intention de réaliser d'une traite, savoir en une après-midi au soleil, j'ai été tentée de balancer mon téléphone en rue pour ne pas devoir décrocher... et puis sait-on jamais qu'un bel inconnu serait passé par là et l'aurait ramassé...

J'ai pourtant décroché, adieu lecture, adieu bel inconnu, et n'ai pu terminer L'appel de l'ange que le lendemain... ce qui fut un réel supplice.

Et voilà, l'événement d'avril (enfin de mars, vu que la sortie officielle a eu lieu le 31 mars) est déjà terminé et, comme chaque fois, je me sens tristounette, le manque est déjà là...  Et dire qu'il faudra attendre une année entière pour le suivant...

Commentaires

Je l'ai lu d'une traite et c'est toujours un réel plaisir de plonger dans le monde de Guillaume Musso...

Écrit par : Rachel | 10-04-2011 à 20:03:16 Hr

Répondre à ce commentaire

magnifique hein... et ça m'a inspirée faut croire, j'ai une nouvelle idée pour notre projet, yesssss

Écrit par : anaïs | 12-04-2011 à 20:54:49 Hr

Les commentaires sont fermés.