10
fév

Pourquoi les drames se cumulent-ils toujours ?

Mardi midi.  Au bureau.  Je viens de déguster un succulent plat de pâtes aux scampis et asperges, agrémenté d’une sauce au Philadelphia poivre et poivron (ou tomate, je sais plus). 

Delicious.

Une heure plus tard, mon état l’est moins, delicious.  Le drame incommensurable.

Comment vous dire… j’ai comme une sorte de gastro-entérite fulgurante, mais sans la gastro, si vous voyez ce que je veux dire.

Pourtant, j’ai mangé le même plat la veille, sans aucun souci.  Un scampi aurait-il décidé de me pourrir la vie et les entrailles, le vilain pas beau.

Bref, me voilà en train de faire des allers et retours entre mon bureau et « les commodités » (waw que ça fait débile, de ne pas utiliser mes mots classiques comme WC, toilettes, djocks). 

Et je fais des allers et retours.

Et j’en fais encore.

Et encore.

Puis ça passe.

Puis ça revient.

ça s'en va et ça revient... et ça me rappelle un air célèbre.

Jusqu’à ce que je réalise que, sur ce coup-là, il est temps que j’aille chercher un petit stock de rouleaux de papier WC, passque j’ai épuisé la réserve.

Je me rends donc à la cave, où ils se trouvent.

Nada.

J’interroge mes collègues de l’autre section (oui, ça en jette grave, je sais, nous avons trois toilettes au bureau + une pour les clients, le super luxe de la mort qui tue, normalement c’est une pour les femmes, une pour les hommes, une pour les clients et une pour les… extra-terrestres j’imagine, mais comme elles sont à des niveaux différents, n’en déplaise à l’inspection du travail, elles sont devenues mixtes).

Et là, le drame incommensurable. Le second drame.  Plus rien en stock.  A peine un chtit rouleau qui traîne.

My god, je vais mourir, là, immédiatement.  L’angoisse me tenaille les tripes, ce qui n’arrange rien à mon état, pour sûr.

Je m’accroche à ce dernier rouleau comme un naufragé à sa bouée, j’ingurgite des Immodium à qui mieux mieux et je fais de savantes prières au Dieu des chieurs pour qu’il m’aide à guérir rapidement…

Le Dieu des chieurs, savoir Immodium, m’entend, et me sauve… enfin me constipe pour les heures à venir…

Si y’a un pruneau volontaire qui passe par ici, qu’il se manifeste, j’en ai bien besoin en ce moment.

wc.png

07:58 Écrit par Anaïs dans Anaïs bosse... parfois | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Commentaires

Bouh! Alors ça c'est vraiment pas cool ! Je suis tout avec toi et te soutient dans l'épreuve ! (pour l'avoir vécu sans toilettes à proximité et avec UN paquet de Kleenex...:( )
Pour répondre à la question contenu dans le titre de ton post, je pense que les drames se cumulent toujours, parce que personne n'a eu l'intelligence de baîllonner le mec qui a inventé l'expression "un malheur n'arrivant jamais seul....", le jour où il nous a pondu cette extraordinaire prose !!

Bises, et à bientôt !

Écrit par : Mademoiselle Vintage | 10-02-2011 à 10:55:01 Hr

Répondre à ce commentaire

rha voilà, fallait le bâillonner, tchu

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:22:30 Hr

Ah, la la.

Ca s'appelle le principe de la frustration universelles : parce qu'avoue qu'il n'y a jamais eu de manque de papier lorsque tu n'en avais pas besoin... Je me trompe ?

En tout cas, je compatis !

Écrit par : tayiam | 10-02-2011 à 11:14:57 Hr

Répondre à ce commentaire

évidemment... et j'ai vécu encore un drame ce matin, mais je le raconterai dans six mois, comme d'hab (celui raconté sur ce billet a d'ailleurs huit mois d'existence...)

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:23:07 Hr

Ouuuuh dur dur ça au boulot :D

Écrit par : Mlle Toutouille | 10-02-2011 à 15:56:52 Hr

Répondre à ce commentaire

c le pire en effet

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:23:20 Hr

hehe, ne le prend pas mal mais comment tu m'as fait rigoler!

Écrit par : Miss Preity | 10-02-2011 à 22:31:21 Hr

Répondre à ce commentaire

ben c'était le but, je le prends pas mal. ça aurait été encore plus rigolo si tu avais eu un fou-rire ET un souci intestinal, bien sûr :))

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:23:50 Hr

Oh, ça c'est vraiment horrible, comme situation. Enfin j'imagine puisque ça ne m'est jamais arrivé !
Horrible mais... drôle ! (Désolée mais tu as une façon de raconter tes mésaventures avec beaucoup d'humour !)

Écrit par : Céline . | 11-02-2011 à 11:51:17 Hr

Répondre à ce commentaire

horrible mais drôle... pour moi avec le recul, ça l'est

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:24:11 Hr

Oh là là je compatis d'autant plus que ça m'est aussi arrivé au boulot et j'ai vécu l'horreur. J'essayais d'être discrète dans mes allers-retours. Et l'aprem m'a paru trés trés long.
Et le retour en tram en serrant les fesses. L'horreur!
J'en rigole maintenant mais sur le coup...

Écrit par : Nad | 13-02-2011 à 10:05:13 Hr

Répondre à ce commentaire

rho ma pauvre, ça me rappelle mon trajet en bus ensuite, l'horreur

Écrit par : Anaïs | 15-02-2011 à 17:24:31 Hr

Bonjour Anaïs,
Je t'ai emprunté la phrase sur la gastro fulgurante pour décrire ce que m'inspirtait mon Ex!
http://lamaisondesfilles.skynetblogs.be/archive/2011/10/08/un-cappucino-mousseux.html
Bien sûr, j'ai cité mes sources :-)

Écrit par : ApprentieMaman | 08-10-2011 à 15:40:08 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.