12
aoû

Sept heures par nuit, pas une seconde de plus

J’ai lu récemment le résultat d’une étude hautement scientifiquement scientifique selon laquelle il faut dormir sept heures par nuit, pas plus pas moins.  Dormir trop peu ou trop engendrerait des problèmes cardio-vasculaires.

Vu mes antécédents familiaux, je suis « personne à risque » (c’est là que vous pleurez dans vos chaumières, par solidarité).

J’ai donc décidé de me mettre à dormir sept heures par nuit.  Ni plus ni moins.

Difficile défi pour moi, qui, pour être reposée (et encore, rien n’est moins sûr), dois faire dodo genre dix heures par nuit.  Etant donné que je me lève à 6h30 pour aller au bagne au boulot, je n’y arrive jamais, faudrait que je me couche à 8h30, vous imaginez, et donc que je soupe vers 17h.  Souper à 17h, je le fais souvent (ben quoi, je suis seule, quand j’ai faim, ben je mange, je vois pas pourquoi j’attendrais, j’ai de compte à rendre à personne, et pas à vous non plus, c’est un avantage du célibat).  Mais aller au dodo à 8h30, à part en plein plein plein hiver quand les nuits sont hyper longues et que je suis hyper épuisée par rien (car un rien m’épuise), pas évident.

 

Donc je dors genre huit heures par nuit, ce qui fait aller au lit vers 22h30, parfois plus tôt, parfois plus tard, disons entre 22h et 23h30.

Mais huit heures, c’est trop, dixit l’étude hautement scientifiquement scientifique.

Sept heures on a dit, c’est clair ?

Je suis donc obligée de ne pas dormir avant 23h30.

Premier soir, un dimanche.  Faciiiiile.  Etant donné que j’ai glandé toute la journée, voire somnolé, je suis en pleine forme.  Etant donné que je reprends le travail le lendemain, je suis super angoissée à l’idée du courrier, des dossiers et du patron qui m’attendent de pied ferme.  Impossible, donc, de dormir.  Je m’endors donc entre 23h30 et minuit, pas mal pour une première.

Le lendemain, lorsque mon réveil sonne, c’est l’enfer. Mais pas à cause de mes sept heures de dodo, à cause de mon retour au turbin. Bien envie de rester sous la couette, de ne donner signe de vie à personne.  Après quinze jours d’absence, si je n’y vais pas, ils auront peut-être oublié jusqu’à mon existence, non ?  Pas envie de travailler, pas envie de quitter mon petit lit douillet.  Sauf que j’ai donné des instructions précises : si un jour je suis pas au bureau, de façon anormale, vous ameutez la police, les pompiers, mes voisins et le GIGN.  Je m’attends donc à voir débarquer tout ce petit monde dès 10 heures.  Pas une super idée.  Je l’ai bien cherché, c’est moi qui angoisse de mourir seule et qu’on retrouve mon cadavre dévoré par le rat.  Et depuis l’an dernier, j’angoisse de plus belle, car ce scénario catastrophe s’est produit dans mon entourage, à l’exception du festin du mustélidé.  Pas drôle, je vous le dis.  Alors, ça peut m’arriver, c’est pas qu’un mythe à la Bridget Jones.  Donc j’ai peur.

Résultat : je me lève et je vais bosser.

A part un petit coup de pompe sur le coup de 11h tout va bien.

Second soir, je lutte pour ne pas m’assoupir avant 23h30.  Je bénis la chance qui me fait me lancer dans cette expérience en plein été, vu qu’en hiver je vis comme les ours, je dors quinze heures par nuit, voire plus si affinités.

Le lendemain, toujours pas d’effets secondaires, à part un réveil difficile, mais c’est déjà le cas si je m’endors à 20h, donc pas de lien de cause à effet, ou si peu.  Yessss, je vais vivre une seconde jeunesse, avec un cœur en pleine forme.

Mardi soir, je m’endors, rôdée que je suis dorénavant, à 23h30, comme si j’avais toujours agi de la sorte. Finger in the noze.

Le réveil est cependant plus difficile que la veille, comme si mon corps commençait à souffrir du manque.  Enfin.  Il était temps.  Nous sommes mercredi, et je passe mon après-midi, chez moi, vautrée sur le canapé, à somnoler, faire une sieste de deux heures, somnoler encore.  L’enfer.  Le soir venu, je suis en super forme et je veille jusque 23h30 sans souci aucun.

Jeudi matin, je veux arracher mon réveil, le jeter à travers de la pièce, le réduire en miette.  Je veux démissionner.  Je veux assassiner tout qui a inventé des règles qui forcent les honnêtes travailleurs à se lever avec les poules.  Je veux changer de job et faire, au choix, chômeuse ou cépéaèssienne.  Je veux… mais je peux pas, alors je me lève et je me traîne jusqu’au turbin, où je somnole toute la matinée.  L’après-midi, plutôt que mon canapé, je décide de squatter mon lit, pour continuer ma nuit trop courte.  Je pieute quasi trois heures.  Je me réveille à 18h30 pour me rendormir à 23h30.

Vendredi, fort heureusement, la semaine se termine, sinon je donnais ma démission, clair et net.  J’ai des cernes aussi énormes qu’un brontosaure et l’humeur d’un tyrannosaure.  A midi, je rentre dare dare at home, où je m’avachis sur mon transat, because le soleil (mais bon, canapé, lit, transat, même combat).  J’en suis extirpée pour participer aux scènes de retour en enfance, chorégraphie, chaise musicale, danse et ballons dont je vous ai parlé l’autre jour, ce qui me sauve d’une après-midi de sieeeeeeeeeeeeeste.

Le soir même, je m’endors royalement à 22 heures, et je dors jusque 11 heures.  J’en avais des heures à rattraper my god.

Expérience terminée.

Plus jamais !

Et mon cœur n’a qu’à bien se tenir, sinon je me fâche toute rouge comme le chou, non mais !

(Dessin trouvé sur le net, pas moyen de deviner qui l’a réalisé, si vous passez par là, manifestez-vous.)

 

fatiguee.jpg

 

Commentaires

:o)))) Finger in the noze .. c'est pas encore ça !
tu travailles à mi-temps ? c'est ce que je crois comprendre en te lisant.
As-tu d'autres activités à l'extérieur de chez toi ? cela pourrait t'aider. Fais-tu du sport ?

Ca me fait toujours un peu marrer ces études : bien sûr, on a besoin de sommeil pour récupérer, mais il y a les petits dormeurs et les autres. En ce qui me concerne, je n'ai pas besoin de bcp d'heures pour me retrouver en forme : plutôt habituée aux insomnies, quand le sommeil me gagne et que je dors à points fermés, c'est déjà ça ;o)

Salvador Dali avait une technique pour s'endormir rapidement avec la petite cuiller ;o)

Écrit par : vanille | 12-08-2010 à 07:38:28 Hr

Répondre à ce commentaire

je travaille à temps partiel oui, + chez moi comme indépendante
avec la petite cuiller ? raconte...

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:07:42 Hr

Alors là je me reconnais parfaitement !!! Je mange après être rentrée du boulot vers 18h/18h30 et à 22H/22h30 je vais au lit pour me lever à 7h20...
Si je dors moins je suis explosée toute la journée et impossible de bien travailler.
Alors je préfère mourir plus jeune plutôt que de rester crevée toute la journée et de me dire "vivement ce soir..." !

Écrit par : Audrey891 | 12-08-2010 à 10:16:22 Hr

Répondre à ce commentaire

je partage ton avis, expérience ratée pour ma part, je redooooors (mais en fait je dors très mal, c'est ça le souci, ça va aller mieux avec mes huit doses quotidiennes de compléments en tous genres)

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:08:40 Hr

Mais t'es pas bien dans ta tête !! ;-P

Toutes ces études débiles... pfff, nous ne sommes pas des robots !! Il faut ECOUTER son corps, point barre, non mais ! :-) (Et pas les mômes qui pleurent la nuit noooon).

Écrit par : Livvy | 12-08-2010 à 10:20:17 Hr

Répondre à ce commentaire

livvy ça suffit de sous-entendre sans cesse que je suis folle, sinon je viens chez toi et je te coupe en rondelles, puis je les apporte au camping pour un barbecue, ok ?

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:09:40 Hr

N'importe quoi... Ca dépend de chacun, et aussi du rythme de vie de la personne! Moi, pour être en forme, il me faut mes huits heures... mais j'arrive rarement à dormir plus de 7 heures (car mon réveil sonne à 6h15)... et si je ne travaille pas, j'ai tellement l'habitude que je me réveille de toute façon vers 7h maxi!!!
Moi, comme vacances, je ferais bien une petite cure de sommeil ;-)

Écrit par : lynha | 12-08-2010 à 12:02:09 Hr

Répondre à ce commentaire

rhaaaaaaaaaaaaa moi aussi une cure de sommeil, le rêve

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:10:12 Hr

Dormir 7 heures.... si seulement j'arrivais à dormir 4 heures je serais contente.
J'ai "déréglé" mon sommeil il y a quelques années, à cause d'un boulot hyper stressant.
Pas moyen de fermer l'oeil parce que je pensais à ce que j'allais vivre le lendemain.
Alors, j'ai fait un grosse connerie. Je me suis convertie au Dieu Temesta !
Si je prends rien, je dors pas. Et même avec, je ne réussis pas à m'endormir avant 23h30, je me réveille deux ou trois fois par nuit et j'arrive vraiment à m'endormir profondément .....à 6h00 alors que je dois me lever à 6h30 pour aller bosser. Je dois faire des efforts surhumains pour sortir de mon lit.

Bonne journée

Callistina

Écrit par : Callistina | 12-08-2010 à 12:35:44 Hr

Répondre à ce commentaire

Temesta, en effet, vilain pas beau. je me demande si y'a pas moyen de faire un sevrage médical surveillé, pour réhabituer son organisme, non ? pour avoir parfois mal dormi, peu, très peu, je comprends l'enfer que ce doit être...

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:11:10 Hr

No mais franchement c'est quoi pour étude ?! elle a été faite dans quel pays ?! sûrement un où il fait beau et que les nuits ne durent quasi pas... moi ai bien trop besoin de mes heures et pourtant je suis aussi une personne à risque ou quasi !!!
Dormir c'est tellement bon :)

Écrit par : missash | 12-08-2010 à 18:59:47 Hr

Répondre à ce commentaire

respire, caaaaalme, c'est mauvais pour ton coeur de t'énerver comme ça ma petite missash

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:11:37 Hr

Je ne sous-entends rien, j'affirme.


*sourire ravi*


Pas taper pas taper, va avaler ton médoc pour te calmer !! ;-)

Écrit par : Livvy | 12-08-2010 à 19:41:08 Hr

Répondre à ce commentaire

livvy tu devrais apprendre à répondre aux com en dessous, ça serait plus mieux. allez je te pardonne tes bêtises, vu le joli billet chez toi sur mon chtit livre à moi, ça fait chaud au coeur. ah ben je l'ajoute dans la revue de presse.

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 19:47:48 Hr

Sauf que je ne sais pas répondre directement à ta réponse à mon com, alors je réponds à mon com à moi, pour tester, j'espère que ça ira se loger sous ta réponse à toi.

*sourire dingo*

(Chuis en forme, là, sûrement les vitamines prises ce matin)

Écrit par : Livvy | 12-08-2010 à 20:04:01 Hr

pour répondre faut recliquer dans répondre au commentaire du premier commentaire de la discussion, et ça marche
trop chiant, maintenant pour mon mail le programme me propose anais ou désird'histoires, vlà que je vais commenter avec ton gravatar mdr

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 20:40:35 Hr

Aaaahhh elle est ici ta fameuse réponse !!!
:-p

Une conversation sur plusieurs billets, je plains tes lecteurs. :-p

Écrit par : Livvy | 13-08-2010 à 09:21:15 Hr

ben oui j'ai répondu sous ton com, logique non ? ça devient notre tchat ici, mdr... mais tout le monde est bienvenu hein, plus on discute plus c sympa, enfin là je cesse de discuter, je vais me doucher...

Écrit par : anaïs | 13-08-2010 à 11:34:27 Hr

C'est à cette heure-là que tu te douches ?! :-p

Oui, je sais, tu ne me parles plus.

Écrit par : Livvy | 13-08-2010 à 13:42:10 Hr

oui maman

Écrit par : anais | 13-08-2010 à 21:22:19 Hr

vi tu as raison :)

Écrit par : missash | 12-08-2010 à 19:43:55 Hr

Répondre à ce commentaire

oui, faut qu'on se préserve, petites choses fragiles

Écrit par : anais | 12-08-2010 à 20:41:16 Hr

Sept heures ??? C'est quoi cette étude ? Moi si je n'ai pas mes 8h en été et 10h en hiver, j'ai un caractère de chien furieux !

Écrit par : Céline . | 14-08-2010 à 20:59:02 Hr

Répondre à ce commentaire

mais t'es jeune chou, c'est normal. de tte façon c une étude à la con hein, mais c'était pour rigoler, j'avais envie d'essayer

Écrit par : anais | 15-08-2010 à 10:40:01 Hr

Répondre à ce commentaire

Oui, je pense bien, d'ailleurs cette nuit je n'ai dormi que sept heures : couchée à 3, levée à 10 ! C'est les vacances !!!! Je me reposerai demain :p

Écrit par : Céline . | 17-08-2010 à 12:15:36 Hr

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.