27
fév

Les mots-clés du jour

orque gore dresseuse : au début je pigeais pas, puis j'ai pigé. Qu'on lui foute la paix, à cette dresseuse 

photo tampax aisselle par des enfant : bien sûr, on trouve ça à tous les coins de rue, des enfants qui se mettent des tampax sous les aisselles, y'a qu'à demander

botte strelli et bottine patauga : meuh non, écharpe strelli et bottes pataugas

tic tac fée du logis : kwaaaaaaaaaaaaaaaaaaa, il existe un tic tac qui transformerait Anaïs en fée du logis ?  Oussa oussa oussa ?

objet vibrant : sois plus précis, téléphone ou sex toy ?

fleur d'anus de cacharel : ça doit sentir super super bon ça

avantage nouvelle orthographe : avantageS, car y'en a plein

martine a venise citadelle terra nova : rho, les aventures de Martine continuent ? et dans ma ville en plus

valentine's day betisier : ça, fallait rester dans la salle jusqu'au bout, je le dis toujours

julien a 2000 bonbon de 5 couleur differente trouver la r : ça fait donc 400 bonbons de chaque couleur, c'était ça la question ?

femme nulle au lit : oups, dois-je me sentir visée ?

parole jte promet pas la lune, j'ai pas d'fusée mais pour te rendre heureuse t : j'aime ce bout de phrase

annie girardot sondage : et keskon va sonder à propos d'Annie ?

homme porte serviettes hygièniques : t'as pensé à en parler à un psy ?

adeline blondieau cerne son truc : son truc ? ben être cernée tiens (et aussi cernée par les cons, cela dit)

psoriasis de la langue et nausée : rho ça doit pas être la joie ça

you tube chanson cerf cerf ouvre moi ou le chasseur me tuera : lapin lapin entre et viens, me serrer la main

 

27
fév

La princesse et la grenouille

Je l'ai donc vu... et chuis ravie.  Ça ressemble aux Disney de ma jeunesse : la belle au bois dormant, la Belle et la bête, Cendrillon...  Humour, amour, méchants pas beaux et aventure.  Et des chansons.  A ce niveau, petite déception, pas de véritable coup de cœur.  Mais sinon, une jolie réussite.  La princesse, super jolie.  Et noire, paraît que c'est l'événement du siècle, la première princesse Disney noire.  Enfin black, car il semblerait qu'actuellement le mot "noir" soit une insulte.  Etrange.  Bref elle est noire.  Et pauvre.  Et dotée d'une amie riche et blanche.  Ça sent tout de même énormément le cliché : noirs = pauvres au service des blancs, blancs = richissimes.  Fort heureusement, son amie est une véritable amie, pas de coup foireux de la blanche riche et pas gentille de surcroit.

Cela dit, j'ai passé un super agréable moment. (à part l'entracte, qui m'a saoulée et qui coupe le fil de l'histoire - vous me direz c'est pour les enfants l'entracte, m'en fous, ai pas d'enfant souvenez-vous)

J'ai ri.  Y'a des scènes mémorables.  La scène des bisous répétés au crapaud plein de rouge à lèvres notamment.  J'adore. 

Y'a de la romance.  Des clairs de lune.  Des regards qui en disent long, même entre deux grenouilles pleines de baves, enfin non, de mucus.

Y'a une luciole (et pas un cafard, hein Moustique ?) amoureuse d'une étoile.  C'est tout beau et tout triste, l'histoire de la luciole amoureuse (enfin amoureux, c'est un petit mec) d'une étoile.

Et puis bien sûr y'a un prince charmant vraiment charmant.  Et une jeune fille noire (mais comment s'appelle-t-elle, sale manie que j'ai de ne retenir aucun prénom) pas princesse mais tout aussi charmante.

Et voilà, c'était tout charmant (décidément, j'aime cet adjectif).

Question du jour, histoire que vous ayez soudainement une irrésistible envie de commenter : quel est votre Disney préféré parmi tous les Disney du monde et alentours ?  Moi c'est la Belle et la bête, qui m'émeut et me fait rêver au plus haut point.  Que du bonheur.  Et vous ?

 

princessegrenouille

princesse2

princesse3

princesse4

18:14 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26
fév

Les mots-clés du jour

ma mre est bonne : tu veux bien respecter ta mère, espèce de goujat

randevou cochonne : apprends à écrire : « randevou qu'aux chaux nœud »

darcy verviers : Darcis, en fait... fou comme Jane Austen nous influence...

brugge espace magnome deux homme qui fait le jeux des balaine : vou pouvé répété la kestion ?

nue dans mon blog :  c'est ici http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.skynetblogs.be/post/4871069/jai-ose-vivre-nue

grosse noire velue : euh, une araignée ?

piano le soleil à rendez vous avec la lune : ah oui, ça m'intéresse aussi, qui a la partition ?

mon mari m'oblige à sortir nue : hé, le divorce, c'est pas fait que pour les textiles

alors moi j'ai une histoire très drôle comme ça: avant j'avais un téléphone (nokia)qui gardait dans : ha ha ha, en effet, elle est drôle

fondant patissier abeille : l'abeille ou le miel, c'est un peu comme l'œuf ou la poule... lequel est venu en premier ?

comment ranger des centaines de dvd ? : le mieux est de ne pas les acheter, comme ça pas besoin de les ranger

combien de participants aux concours de flair : si la réponse était sur mon blog, je gagnerais à tous les coups

le résumé de heidi dans ses montagnes : « L'orpheline Heidi va habiter chez son grand-père sur un alpage en dessus de Maienfeld en Suisse, où elle devrait passer sa vie. Alors qu'elle s'est acclimatée et a trouvé de nouveaux amis (le petit chevrier Peter et sa grand-mère), sa tante qui doit légalement l'élever revient la chercher pour vivre à Francfort-sur-le-Main, où elle doit tenir compagnie à sa cousine Clara qui est paralysée. Mais Heidi est nostalgique de son alpage et devient malade. Elle pourra finalement retourner chez son grand-père. » (merci Wikipédia)

 

26
fév

Telle est prise qui croyait prendre

(ce billet a été écrit début janvier, d'où l'allusion aux soldes et à un train qui déraille, qui ne me serait pas venue à l'esprit après la catastrophe de Hal, bien sûr...)

Un jour comme les autres, à la caisse bondée d'un supermarché.

Devant moi, une femme comme toutes les autres, qui a fait ses courses et s'apprête à les payer.  Sauf que cette fois, sa carte ne fonctionne pas.  Elle a peut-être trop dépensé ce mois-ci, avec les soldes et tout.  Elle a peut-être atteint son plafond « négatif ».  Elle a peut-être une saisie sur salaire.  Elle a peut-être la surprise de voir sa carte bloquée par sa banque, comme je l'ai eu récemment, passque j'ai eu la super idée de vouloir transférer, de mon compte vue à mon compte épargne, 1000 eur, mais que j'ai tapé 10.000 au lieu de 1.000.  Il va de soi que lorsqu'un client tente de transférer 10.000 eur qui ne sont pas sur son compte sur un autre de ses comptes, c'est une grosse tentative de fraude, une méga escroquerie, qui nécessite le blocage de toutes ses cartes par sécurité.  Enfin soit, j'avais qu'à mieux compter mes zéros.

Bref, elle ne sait pas payer ses courses, elle n'a qu'un peu de monnaie (monnaye, comme on dit ici).

Alors, elle demande à la caissière de retirer un paquet d'articles, pour n'en garder que l'équivalent de la somme dont elle dispose en liquide.

La caissière, revêche comme pas deux, pousse de grands soupirs, met les articles de côté, et demande à la pauvre dame de ressortir tous ce qu'elle garde des sacs, « passque je vais devoir tout repointer, hein, pas le choix, pffffffffffffffffffffffff (soupir aussi long qu'un jour sans chocolat blanc spéculoos) ».

Et elle repointe, et la cliente paie avec sa maigre monnaie.

Et c'est à moi.

J'étale mes courses sur le tapis roulant, je tends ma carte du magasin, et j'attends.

Notre revêche sorcière caissière se met au travail, et pointe mes articles.  Arrivée au dernier, elle pousse de hauts cris et sa caisse se met à dérailler, pire qu'un train de marchandises en 1810.  L'écran s'éteint, se rallume, affiche sans cesse la totalité de mes achats mais refuse de faire le moindre total, puis s'éteint à nouveau, se rallume... Le manège dure plusieurs minutes, durant lesquelles je suis d'une patience d'ange.  La caissière s'excuse, mais je la rassure d'un « vous n'en pouvez rien », compréhensif.  Je suis de bonne humeur, et l'idée de lui lancer un « vous allez devoir tout repointer, hein, pas le choix, pfffffffffffffffffffffff », ne m'effleure même pas.  C'est pourtant ce qu'elle fait, tout repointer, après avoir réinitialisé sa caisse. 

Je ressors le barda de mes sacs recyclables, et elle repointe.

Et la caisse replante.  Et ça continue encore et encore, c'est que le début d'accord d'accord.  L'écran s'éteint, se rallume, affiche puis n'affiche plus, enfin on a déjà connu ça.

Soudain, éclair d'ingéniosité, ma caissière, de plus en plus angoissée, tandis que je suis de plus en plus souriante (ceci sans rire, je suis toujours de bonne humeur à cet instant T, et cette mésaventure commence à m'amuser énormément, vu ce qui s'est passé juste avant), réalise que c'est un, et un seul, article, qui fait tout planter.

Elle décide alors de ne plus le scanner, mais d'encoder manuellement son prix.  Comble de tout cela, cet article est gratuit, mais pour valider le bon, elle doit le scanner au préalable.

Sauf que, pour recommencer la procédure, elle doit scanner à nouveau toutes mes courses.  Ah, ah, ah, keskon se marre.  D'autant que j'ai du surgelé, mais je suis d'un calme olympien, étonnamment.  La file derrière moi s'allonge, mais je n'en ai cure, car je ne suis pas responsable (quand je le suis, responsable, qu'on attend un prix, ou que je rouspète pour quelque chose, là, je suis stressée, rouge tomate et suintante, mais ici, je suis zen, archi-zen, comme les chaussettes de l'archiduchesse, qui elles sont sèches).

Et je ressors à nouveau mes courses des sacs recyclables, et miss caissière scanne à nouveau le tout SAUF un.  Et le miracle se produit.  Ça maaaaaaaaaaaaarche.

Je peux alors emballer une troisième fois mes courses, payer, et au revoir miss caissière, bonne journée.  Elle se confond encore en excuses, me remercie énormément pour ma patience et me gratifie, en remerciement éternel, d'un paquet de cachets auxquels je n'ai pas droit... afin que je puisse avoir de nouveaux articles cadeaux (et que j'ai perdu depuis, donc j'ai pas eu mes cadeaux gratuits, dommach')...  

Ah, keskon se marre aux caisses de supermarché, ma bonne Dame.

 

25
fév

Des nouvelles d'Haïti

Arianne a donc reçu 2000 euros à ce jour.

Voici les nouvelles :

"je vous envoie quelques photos de la nouvelle maison et une partie des enfants, encore MILLE MERCIS pour tout ce que vous faites pour les enfants.

Nous sommes en train de faire des travaux à l'extérieur sur la cour pour mettre une balançoire , tourniquet, et aussi installer 2 tentes de 24 mêtres carrés comme abri si au cas ou, car il y a toujours des répliques... une fois les travaux terminés, je vous enverrai d'autres photos.

Grosses bises et à bientôt Arianne"

new2

new

20:58 Écrit par Anaïs dans Haïti | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

25
fév

Demain sur la Deux

Enfin RTBF2 quoi, en exclu pour les belges (les français devront attendre la diffusion sur France2), la fameuse émission "expérience Xtrême", dont les spots ont été diffusés ici.  Je suis impatiente de découvrir ça.  Une fausse émission basée sur les expériences de Milgram, qui prouve que nous sommes encore plus soumis à l'autorité qu'avant.

ça fait peur...

A voir absolument !

Rha mince, je suis pas là, je ferai bosser le magnéto...

25
fév

Qui veut sauver des grenouilles avec moi ?

 

Oui, bon, vous allez me dire que c'est une proposition ridicule de la part d'une Anaïs qui se gave régulièrement de cuisses de grenouilles à l'ail.

Et alors ?  L'un n'empêche pas l'autre.

Chaque année, je lis des trucs sur ces associations qui aident les grenouilles à traverser la rue.

Nan, je déconne pas, faut les aider.

J'ignore où ça se passe en Belgique, mais c'est une expérience qui me tente.

Y'a quelqu'un qui rêve aussi de sauver des grenouilles ?

Et qui se dit depuis des années "un jour je sauverai des grenouilles avec Anaïs" (sur l'air de "un jour j'irai à New-York avec toi").

Passque qui sait, au milieu du lot se cache peut-être un prince transformé qui n'attend qu'un doux baiser.

(J'ai vu la Princesse et la grenouille hier, ceci expliquant peut-être cela...)

Allez une petite illu que Sondron m'a offerte, même que je l'ai en vrai dans ma cuisine, oui.

sondron

25
fév

L'actu atroce du jour

"Une orque a tué sa dresseuse en la happant, la secouant et l'entraînant au fond de l'eau".

Ça s'est passé à Seaworld, en Floride.

Et dire qu'il y a une dizaine d'années, j'y étais.  A l'époque où je montais encore dans les zoisiaux de métal. 

Donc j'y étais, et j'ai vu le spectacle, peut-être avec cette éleveuse, peut-être ce bestiau assassin qui, d'après la presse, en est déjà à son troisième... meurtre.

Bien sûr, c'est dramatique.

Mais ça prouve que ces animaux ne seront jamais inoffensifs, et qu'il serait bon de leur foutre la paix.

Et qu'après 18 années à bosser pour le plaisir du peuple, l'animal a pu en avoir ras le bol de tout ce barda, ces applaudissements, ces "fais le beau", ces "fais ceci, fais cela".

Ras le bol.

Et voilà.

Terminé.  Une vie perdue.

Recueillir les orphelins ou les blessés, les garder à l'abri le temps de la guérison, oui.

Les exposer comme au cirque, non.

C'est comme si, de temps en temps, la nature se vengeait de ce qu'on lui inflige... non ?

 

25
fév

Le bonheur du jour

Un kit découverte sushis, succulent, et y'a même des baguettes "rétractables", trop meugnon.  Puis du chocolat pour célibataire en manque d'amour.

sushissss

25
fév

D'un regard

Elle ne l'avait pas cru quand son vieux père le lui avait annoncé, c'était tellement risible.  D'ailleurs, elle ne croyait en rien de surnaturel, elle avait les deux pieds bien posés sur cette terre, elle.  Elle ne croyait pas en dieu.  Elle ne croyait pas au paradis.  Ni à l'enfer, d'ailleurs.  Les anges, pour elle, n'étaient que des décorations de Noël.  Les esprits, une invention des scénaristes.  Elle, elle croyait en la vie.  En la nature, née du big bang.  En l'argent, censé lui faciliter l'existence.  A peine si elle croyait en l'amour, concept trop abstrait pour son esprit cartésien. 

Alors, croire en un pouvoir aussi absurde que ridicule, c'était le grand n'importe quoi.

Ainsi, lorsqu'il lui avait prétendu détenir le pouvoir de tuer d'un simple regard, pour autant qu'il soit en colère contre la personne regardée, elle n'avait rien trouvé de mieux que de le mettre au défi de la tuer.  Elle lui avait chanté, d'un air aussi espiègle que moqueur "il a les yeux révolver, il a le regard qui tue", sur l'air d'un tube de Marc Lavoine, puis lui avait lancé "prouve-moi que tu as ce fameux pouvoir, tue-moi d'un regard, allez, vas-y, je sais que je te mets souvent en colère, vas-y, vas-y, n'hésite pas".

...

Cette histoire est à découvrir en intégralité dans le livre que j'ai écrit à deux plumes avec Rachel Colas :

Histoires à mourir de vivre

 

couverture definitive pt.jpg


09:05 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |