14
avr

Il était un petit navire…

(billet paru dans le 7mag de mars, publié cent ans après, même jour, même heure)

Tout va vite, de nos jours, ma bonne dame.  Très vite.  Trop vite.

Dès le 1er septembre, on sort les citrouilles d’Halloween, le 2 novembre arrivent les sapins de Noël, le 15 décembre les cœurs de Saint-Valentin font leur apparition et dès juin, on achète les cartables !

Il est donc tout naturel qu’en ce mois de mars, je vous parle déjà de vacances.  Because il est grand temps de songer à réserver, pour profiter de big réductions de la mort qui tue la vie.

Et comme je ne monte jamais dans les grands oiseaux de métal qui vous emmènent à l’autre bout de la terre, n’en déplaise à ceux qui me rabattent les oreilles avec leurs statistiques sur les accidents d’oiseaux de métal, de machine qui fait tchou tchou ou de mange essence, j’ai envie de vous parler de vacances en… bouchon qui flotte.  En bateau.

Quoique… est-ce bien le moment de parler bateau, en cette vague (admirez l’allusion subtile) d’accidents dramatiques (des morts) ou cocasses (des passagers privés de WC durant trois jours).

D’un côté, si on ne peut parler que de sujets ne faisant pas l’actualité, me voilà contrainte d’éviter de parler d’élections, de curés, de bouffe, de crise financière et politique, de mon régime ou de la dernière relation de Jenifer Aniston.  Alors j’assume, je vais vous causer de ma croisière

Ma croisière sur un bateau de la compagnie… enfin vous voyez quoi, cette compagnie signifiant « littoral maritime », ou « côte ».

Ben croyez-le ou pas, ce fut nirvanesque.  Mes meilleures vacances.  Un juste mélange de découverte, de farniente, de bonne bouffe de bonne qualité de bon goût en bonne quantité bonne bonne bonne, de soleil, de jacuzzi, de chouette ambiance et de robes du soir pour me la péter grave.

J’ai adoré.

Surtout ce fabuleux moment où, seule sur le pont, tandis que tout le monde était attablé au resto ou « assiesté » dans les cabines, j’ai dansé dansé dansé, musique dans les oreilles, coucher de soleil dans les mirettes, bras levés au ciel.  Nirvanesque je vous dis, que ce moment.  Un peu moins lorsque j’ai découvert que j’étais filmée et montrée en direct dans le millier de cabines du navire, mais qu’importe, le ridicule ne tue pas, il se contente de ridiculiser.

Alors, malgré les drames de ce début d’année, malgré le centenaire du naufrage du Titanic, ben moi, si on me propose une croisière, là, de suite, départ immédiat, ben je signe de suite.  Qui veut ?

 

31
mar

L’horoscope décalé d’Anaïs (paru dans le 7mag de mars)

Bélier
21 mars - 20 avril

Foncez tête baissée dans vos projets, quels qu’ils soient, du moins si vous avez une bonne assurance, car les coups de corne, ça peut faire des dégâts.

Taureau
21 avril - 21 mai

Foncez tête baissée dans vos projets, quels qu’ils soient, du moins si vous avez une bonne assurance, car les coups de corne, ça peut faire des dégâts.  Ben non je radote pas, j’en peux rien si ces deux bestiaux se suivent dans l’horoscope et s’ils ont des cornes tous les deux hein.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Vous voyez double en matière de mecs en ce moment, voire triple, comme si une pulsion irrépressible vous entraînait dans différentes directions.  Attention, à force de chasser sur différentes terres, vous risquez de perdre toutes vos proies.  Trop de mâles tue le mâle !


Cancer
22 juin - 23 juillet

Envie de gourmandise et de détente ?  Foncez aan de Noordzee, et mangez un plateau de fruits de mer, crabe inclus, of course.  En cas d’allergie, évitez cependant, ou ne venez pas m’accuser d’homicide involontaire.


Lion
24 juillet - 23 août

Vautrez-vous immédiatement dans la luxure, afin de rugir de plaisir, surtout si vous avez vécu un stress récemment (par exemple un déménagement).  Si vous êtes célibataire, ne pleurez pas, foncez sur la friandise éponyme, vous rugirez également.


Vierge
24 août - 23 septembre

Ne serait-il pas temps de songer à rencontrer enfin le grand méchant loup ?  The big bad wolf ?  Alleye une fois, vous ne le regretterez pas.  Et non, personne ne vous traitera de Petit chaperon rouge, du moins si vous évitez les paniers en osier.

Balance
24 septembre - 23 octobre

Bon, l’heure est grave.  Avez-vous récemment causé à cet appareil avec lequel vous vous êtes disputée y’a deux décennies, qui porte le même nom que votre signe astrologique ?  Je comprends, j’ai fait pareil.  Cependant, si vous n’entrez plus dans vos fringues à cause de vos excès de petits œufs de Pâques (en vente depuis deux mois, bien sûr), ben pas le choix, faut vous réconcilier.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Grippée en cette fin d’hiver ?  Comme tout le monde quoi… ça vous apprendra à fuir sans cesse la piqûre du médecin.  Parfois, un bon vaccin vaut mieux qu’une mauvaise grippe, non ? 


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Encore célibataire ?  Pourtant vous détenez une flèche digne de celle de Cupidon.  Visez bien, l’amour est peut-être au bout de la trajectoire !


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Et encore un bestiau à cornes.  Mais je vais changer de disque, promis.  Et puis, qui dit cornes dit… cocu.  La vigilance s’impose, des fois que.  Meuh non je ne mets pas le chat dans les poules.  Je dis ça je dis rien quoi, juste pour info, sait-on jamais…


Verseau
21 janvier - 19 février

Il est temps de mettre un peu d’eau dans votre vin, et de redevenir le gentil petit être que vous avez toujours été.  Avoir du caractère, c’est bien, avoir un sale caractère, c’est mal.  Et trop de mal tue le mal (en plus du mâle).


Poissons
20 février - 20 mars

Vous nagez dans le bonheur en ce moment, tant au niveau amoureux que financier ou du travail.  Le bonheur je vous dis.  Attention cependant à ne pas perdre pied et à ne pas vous noyer sous cette avalanche de bonnes choses.

6
fév

Le billet d'humeur du 7 mag d'hier : de l'avantage d'être célibataire

En bonne Dori, j'ai bien sûr oublié d'aller chercher le 7dimanche et le 7mag hier, tchu.  ça m'est revenu vers 4h15 du matin, à 4h15 précisément, d'ailleurs, vu que j'ai sursauté dans mon lit bien chaud.

Je me suis donc précipitée dans ma boulangerie, ce matin, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, et on m'a ri au nez (à ne pas confondre avec riz au lait).

Mais, ô bonheur suprême, j'ai trouvé quelques 7mag qui grelotaient sur le sol du GB de la gare, et j'en ai sauvé un de l'hypothermie, rien que pour vous...

Voici donc ma chronique de ce numéro spécial Saint-Valentin...

Faut cliquer pour lire... et faut pas être myope... pour les taupes comme moi, je vous mettrai le texte tout à l'heure, ça sera plus mieux.

Et voilà :

De l’avantage d’être célibataire…

Vous ne pensez tout de même pas que j’allais vous abreuver de bonnes paroles sur l’amour et tout ce qui rime avec, en cette période fatidique, moi l’auteure de « Manuel de survie : célibataire et fière de l’être »  (paru ce 20 janvier aux éditions Tournez la page – livre que je vous dédicacerai d’ailleurs le samedi 3 mars à la Foire du Livre de Bruxelles), si ?  Allons allons, vous me connaissez non ?  Moi je pense aux célibataires qui vont se farcir des cœurs à toutes les sauces, dans toutes les vitrines, dans tous les magasines et j’en passe, et ce durant des semaines...

J’ai donc dressé, pour vous rien que pour vous, la liste des innombrables avantages de votre statut de célibatman et célibatwoman.  Car oui, grâce à ce statut, vous pouvez, avec une joie incommensurable et un bonheur inébranlable :

- faire la grasse mat’ devant l’intégrale de Grey’s Anatomy et tenter de séduire le superbe Docteur Mamour ou la plantureuse Little Grey

- surfer toute la nuit en lisant des blogs de femmes ou de mecs futiles (parce que vous adhérez à ce club)

- vous Madame, avoir un orgasme à coup sûr avec mister vibro (ce qui n’est nullement garanti avec mister mec, avouez-le)

- draguer une fille / un mec chaque soir et tenir un hit-parade des meilleurs coups de votre existence

- partir avec votre BFF (best friend forever), sans prévenir personne, monter dans le premier vol disponible, sans vérifier la destination

- vider la réserve de votre carte de crédit sans devoir rendre de comptes (sauf à banquier vénéré)

- ne vous disputer avec personne en choisissant le programme du soir

- vous peser le matin sans subir un regard lourd de reproches (sauf celui de la balance)

- avoir une haleine de chacal sans crainte aucune

- frimer en voiture, toutes fenêtres ouvertes, musique à fond, lunettes de soleil sur votre nez bronzé, cheveux au vent

- pleurer devant une rediffusion d’Autant en emporte le vent

- laisser des dizaines de vieux mouchoirs sous votre oreiller

- garder le même slip durant quatre jours (ou sept ?)

- vous raser le matin, dans une position aussi sexy que celle de la crevette grise, sans vous cacher

- faire la vaisselle lorsque la dernière cuillère du dernier tiroir est couverte de poils d’une couleur indéfinissable

- danser en pyjama pilou et pantoufles à têtes de vache dans votre cuisine

- vous offrir un long bain moussant à souhait, en lisant un magazine érotique

- vous alimenter, un WE durant, exclusivement de chocolat, de chips et de vinasse

- vous asseoir sur des méga piles de romans à l’eau de rose / de magazines de foot

- demander à maman de faire votre lessive, et surtout votre repassage, sans aucune honte (votre maman aime tant ça, en plus)

- admirer vos coussins d’amour, oups, vos abdos, durant des heures

- écouter votre musique préférée sans être traitée de has been ou de dégénéré(e) pathologique

- zoner sur des sites de rencontres interdits aux casés heureux ksssss kssssss

Alors, elle est pas belle la vie ?

 

7mag fevrier 2012 horo.JPG

12
déc

L'horoscope du mois dans le 7mag

L’horoscope décalé d’Anaïs : quel personnage de Noël êtes-vous ?

Bélier
21 mars - 20 avril

Vous êtes Joseph, ce pauvre individu devenu papa d’un coup de baguette magique, sans même avoir pu faire cette chose que la morale chrétienne réprouve, si c’est pas malheureux.  Ça vous met les nerfs ?  Je comprends, allez espérons que cette année vous mettrez enfin le petit Jésus dans la crèche.

Taureau
21 avril - 21 mai

Vous êtes le bœuf bien sûr, qui réchauffe ceux qu’il aime de son haleine fétide mais si chaude.  Offrez-vous une brosse à dent pour votre petit Noël, et tout sera parfait dans le meilleur des mondes.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Vous êtes le renne du Père Noël.  Enfin les rennes.  Rudolphe, bien sûr, mais aussi Tornade,   Danseur, Furie, Fringant, Comète, Cupidon, Tonnerre et Éclair.  L’espace d’un instant, vous quittez votre gémellité pour tester la grande aventure de l’ubiquité.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Vous êtes Melchior, Gaspard et Balthazar, tout à la fois, bref les Rois mages, et j’ai une question à vous poser : il est passé où l’or et tout le tralala que vous avez soi-disant apporté, passque bon, faut se rendre à l’évidence, ça sent pas l’oseille ici, alors, avouez, vous avez tout piqué ?  Bon, on vous pardonne si vous n’oubliez pas la galette en janvier.


Lion
24 juillet - 23 août

Vous êtes le petit Jésus, innocent comme l’enfant qui vient de naître (enfin qui va naître).  Bon, ok, la vie ne s’annonce pas facile et commence mal, dans une étable glaciale au milieu d’odeur de bestiaux, mais rassurez-vous : ça ne va faire qu’empirer… jusqu’au Vendredi Saint.


Vierge
24 août - 23 septembre

Vous êtes votre personnage fétiche, la vierge Marie (je sais, j’ai choisi la solution de facilité, mais c’est d’une logique implacable, non ?).   L’abnégation est votre second prénom, vous allez tout faire pour gâter vos proches en cette période festive.  Ne vous oubliez cependant pas, passque la gentillesse, à la longue, ça lasse.  Soyez égoïste, que diable.

Balance
24 septembre - 23 octobre

Vous êtes le berger, nageant dans le bonheur au milieu de ses pelotes de laine vivantes. La question du jour est : elle est où votre bergère, on ne la voit jamais dans la crèche, si ?  Allez zou, filez sur www.lamourestdanslabergerie.com et trouvez la gardienne de troupeau de votre vie.

Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Vous êtes le sapin de Noël, personnage emblématique de fêtes réussies.  Naturel ou artificiel, illuminé ou non, peu importe, tant que vous donnez la banane à tous les petits enfants qui vont se faire un plaisir de vous décorer.  Pour cela, je vous fais confiance.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Vous êtes la dinde, la buche, le foie gras, le champagne et les cadeaux, mais également l’amitié, l’amour, la joie et le partage (amen), bref tout ce qui fait qu’une fête est réussie.  Et dire que la moitié des gens n’aiment pas les fêtes, c’est bête non ?


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous êtes papa Noël, le globe trotter du mois de décembre.  Toujours envie de bouger, en véritable sagittaire incapable de s’enraciner.  Et si vous vous posiez, l’espace d’un instant, sur une cheminée, pour admirer ce qui vous entoure et en profiter un max ?


Verseau
21 janvier - 19 février

Vous êtes l’étoile du berger, qui tente de guider tout le monde.  Mais bon, hein, il est temps de réaliser que vous ne détenez pas la vérité absolue et d’arrêter de vous la jouer Schtroumpf à Lunettes.  On a dit étoile du berger, restez-en là.


Poissons
20 février - 20 mars

Vous êtes l’âne.  Meuh non je ne dis pas que vous êtes têtu ou doté d’un QI d’âne.  D’ailleurs l’âne n’est-il pas un animal intelligent ?  Intelligent et doux, avec ses petits naseaux poilus.  Offrez cette douceur à vos proches, ils vont adorer cela.

9
déc

Ma chronique de décembre dans 7mag

Comme disait Calogero, c'est d'ici que je vous écris.  Savoir du fond de mon lit, où je fais des folies de mon corps, vous l'imaginez bien.  Folies = couver mes miasmes, cracher mes glaires en pensait à mon troisième prénom, Claire, abuser de mouchoirs et mater The lying game, série que je découvre et dont le livre sortira prochainement, je l'ai su hier aussi, comme quoi ça a dû bon de faire des folies au lit.

Mais comme vous êtes des milliards à m'avoir souhaité un bon annif et à vous inquiéter de mon silence, je vous offre ma petite bafouille du mois parue dans le 7mag :

Le hamster de Noël est arrivé

Moi, je ne suis ni cigale ni fourmi, n’en déplaise à La Fontaine : je suis hamster.  Je stocke.  De la bouffe aux produits de beauté en tous genres, en passant par les rouleaux de papier WC ou les trucs féminins dont on use et abuse quand nos hormones tirent la tronche, si vous voyez ce que je veux dire.  Si une guerre thermolactyle thermonucléaire survient, j’ai de quoi tenir un siège.

Mais je ne suis pas hamster que dans ce domaine : je suis également un hamster de Noël.

Et oui, même concernant cette fête qui n’a lieu qu’une fois l’an, je stocke.  Nan, pas du foie gras, du confit d’ognon (message subliminal aux détracteurs de la nouvelle orthographe) ou du champagne (quoi que je l’avoue, j’ai au frigo, déjà, un peu de tout cela, ça peut servir en cas de guerre thermonucléaire), je stocke des sapins de Noël et des crèches.  Je sais, faut que j’en parle à un psy, d’autant que je déteste les fêtes, je les hais, je les exècre, je les maudis. 

Ma collection se compose dès lors de :

- un mini sapin de Noël datant de l’époque où je vivais dans un mini logement, genre ceusses qu’on voit chez Ikea, un appart deux chambres salle de douche salon cuisine équipée piscine dans 29 mètres carrés ma bonne Dame.

- une mini crèche datant de la même époque, pour mettre au pied de mon mini sapin, logique.

- un sapin de taille normale datant de l’année suivante, quand j’ai réalisé que même dans 29 mètres carrés ou pouvait avoir un sapin digne de ce nom, qu’on se le dise.

- un kit de décorations dorées et rouge pour mon sapin, passqu’il y a rien de plus déprimant qu’un sapin tout nu.

- une crèche-lampe toute mimi achetée lors d’une visite à Maredret ou un endroit du genre.

- une crèche naïve achetée le lendemain de la visite à Maredret, because c’était elle, la crèche de ma vie dont je rêvais depuis bien avant ma naissance et que tant pis si j’avais déjà acheté une crèche la veille, il me la fallait, question de vie ou de mort vous comprenez ? 

- un kit de décorations mauves et argentées acquis un jour où j’ai plus pu voir le doré et le rouge en peinture, faut pas pousser, la vie se doit d’être un éternel changement, les boules de Noël aussi, question de marketing.

- un sapin conique brunâtre et lumineux arrivé durant une période fade de ma vie, savoir une période où décorer un sapin, que ce soit en rouge-doré ou mauve-argenté, me semblait plus épuisant que le marathon de NY sans tricher en empruntant un tramway, période où j’ai opté pour un kit « achetez, déballez, branchez, c’est fait ».

- un sapin conique blanc lumineux trop trop meugnon datant… d’hier.  J’en rêvais chaque nuit depuis deux jours, j’ai pas pu résister.  A ses pieds, ma crèche naïve trop belle trop tout que j’aime d’amour.

Ben quoi, ok, j’avoue, j’ai quatre sapins de Noël dans ma vie, mais je n’ai qu’une crèche, passque la première ne compte pas, elle fait 3 cm sur 4 et la deuxième ne compte pas non plus, elle n’a jamais quitté sa boîte, vu que ma crèche naïve sera pour toujours la crèche de ma vie de hamster de Noël.  Vous voyez que je suis conservatrice et pas dépensière pour un euro dans de l’inutile de Noël.  Rien de grave donc, à avoir quatre sapins de Noël.  Si ?  Y’a un psy dans la salle des fois ?

Bonnes fêtes à tous !

 

26
nov

Mon horoscope décalé paru en novembre dans le 7mag

Bélier
21 mars - 20 avril

Pas de chapeau pour vous qui avez déjà vos cornes.  Meuh non, je ne suis pas vache.  Meuh non, je ne vous prétends pas cocue, tout cela relève de votre vie strictement privée.  C’est juste que cela ferait double usage, non ?

Taureau
21 avril - 21 mai

Vous aimez que vos proches soient comme des coqs en pâtes, leur bonheur avant le vôtre.  Une toque de cuisinière sera parfaite pour vous.  Mais n’oubliez pas : vous méritez également d’être gâtée, d’enlever votre toque, de vous vautrer sur le canapé et de vous faire dorloter par ceux que vous chérissez.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Allez, avouez-le que vous êtes super fleur bleue et que le seul chapeau dont vous rêvez est un voile de mariée ?  C’est pas une honte d’aimer les traditions liées à l’amour toujours hein.  Et si votre homme tarde à faire sa demande, ben laissez traîner cet horoscope bien en vue, en entourant votre signe de six traits fluo (les hommes sont parfois si durs de comprenur).


Cancer
22 juin - 23 juillet

Pour soigner votre léger complexe d’infériorité, investissez dans un haut-de-forme, à ne porter que deux fois l’an : pour le carnaval et pour halloween, accompagné d’un teint blafard et de dents de vampire, c’est très mode.


Lion
24 juillet - 23 août

Si vous n’êtes pas casée en ce moment, c’est simplement que vous hésitez encore entre Marc, avec qui vous avez passé la nuit dernière, Luc, votre conquête d’hier, Etienne, dragué samedi dernier et Laurent, votre casse-croûte du dimanche.  Quoique vous ne diriez pas non à Jean-Luc non plus, tout bien réfléchi.  Pourquoi vous contenter d’un seul homme alors que vous pouvez tous les avoir ?  Un seul type de chapeau vous convient dès lors : celui en latex, autrement dénommé préservatif.


Vierge
24 août - 23 septembre

Sportive ?  Quoi de mieux, alors qu’un bonnet de bain, en symbole de votre leitmotiv : un esprit sain dans un corps sain.  Punt aan de lijn.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Vous trouvez les chapeaux ridicules.   Commencez en douceur, avec une casquette, protection idéale pour les jours de canicule.  Oui, bon, cette année, on l’a zappée, la canicule, mais on vit d’espoir non ?

Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Vous connaissez ce trio « ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire » ?  Et bien il s’applique parfaitement à votre situation en ce moment : une folle envie d’hiberner quelques mois.  Commencez en douceur avec « ne rien entendre », par le biais de jolis cache-oreilles en fausse fourrure.  Choisissez les colorés et joyeux, c’est plus fun.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Votre tête est tout sauf « à chapeau ».  N’en portez pas, mais apprenez à les découvrir.  Sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_couvre-chefs_par_or..., par exemple, vous n’en croirez pas vos yeux en découvrant tout ce qu’on peut se mettre sur le crâne.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Un serre-tête orné de cornes rouges conviendra parfaitement à la diablesse que vous êtes en ce moment.  Et lorsque vous vous transformerez en créature angélique, vous le troquerez contre une auréole.  Dans l’intervalle, cherchez ce qui vous pousse à agir de la sorte.


Verseau
21 janvier - 19 février

Vous ne supportez rien sur votre tête, ça vous donne des démangeaisons, de l’urticaire, des poux et j’en passe.  Bon.  Soit.  Contentez-vous alors d’une nouvelle coupe de cheveux, assortie d’une coloration en bonne et due forme.  Les cheveux aussi sont une sorte de couvre-chef.


Poissons
20 février - 20 mars

Vous détestez le froid et l’humidité.  Pas de bol pour un péchon.  Un bonnet en pure laine vierge fera votre bonheur.  En été, pour affronter les draches nationales, troquez-le contre un chapeau en matière imperméable.  Pas glamour ?  Et la crève, vous la trouvez glamour, vous ?

 

25
nov

Je ne suis plus une Sainte… Catherine, et c’est tant mieux

Ma chronique parue dans le 7mag de novembre :

Pour ceux qui rentrent d’un voyage de neuf siècles sur mars, un petit rappel s’impose : à la Sainte-Catherine, on fait deux choses : planter des bois qui prendront miraculeusement racine et fêter les célibataires atteignant l’âge jugé canonique de 25 ans sans avoir le privilège d’avoir une alliance à leur doigt ans.

Pour ma part, je n’ai pas encore testé le coup du bois.  Mais la fiesta chapeautée, ça j’ai vécu.  Testé et approuvé.  Une occasion comme une autre de faire la fête entre copines, chapeau en cadeau bonus.  Nous étions jeunes, belles, et célibataires. 

Et pourtant, moi, à l’époque (nan, c’était pas y’a longtemps, juste au millénaire dernier quoi), je trouvais ça tellement vieux, 25 ans, mais vieux de chez vieux.  Alors qu’actuellement, 25 ans, ça me semble la prime jeunesse, limite la fin de l’adolescence.  Comme quoi, tout est relatif, ma bonne Dame.  On est toujours le jeune d’autrui.  Et le vieux d’autrui.  Tout change, ma jeune/vieille Dame.

Mais, même si ce fut l’occasion d’une chouette soirée, je vote pour la suppression de cette tradition désuète qui semble stigmatiser les célibataires n’ayant pas encore trouvé charentaise à leur peton, à ce si jeune âge.  Je m’y oppose farouchement, c’est clair ?  Passque bon, faut vivre avec son temps : en 2011, être célibataire à 25 ans, c’est limite la norme.  Avec une espérance de vie de, je sais pas moi, genre 105 ans, quel intérêt de se mettre la corde au cou si tôt ?  Et pourquoi on fêterait pas, alors, avec un chapeau ridicule, les ceusses de 25 ans déjà mariés, les fous, les irréfléchis, les immatures, les futurs divorcés ?

Donc, je vais vous le dire comme je le pense, je trouve que la personne qui a inventé cette fête débile, ben cette personne, elle devrait pendue haut et court.  Ou mise sur un bûcher.  Ou écartelée.  Ou pourquoi pas pendue écartelée sur un bûcher, tant qu’à faire ?  Na.

Et puis quand je lis que Catherine  est patronne des barbiers, charrons, cordiers, drapiers, écoliers et étudiants, fileuses de laine, généalogistes, meuniers, notaires, nourrices, orateurs, philosophes, plombiers, potiers, prêcheurs, rémouleurs, tailleurs, théologiens, tourneurs et, accessoirement, des filles à marier (source Wikipédia), je me dis qu’elle n’a qu’à s’occuper de tous ces autres qu’elle oublie depuis des années et ficher la paix aux célibattantes.  Re-na.

Demain, découvrez ici mon horoscope décalé Catherinesque :)

21
nov

Ma chronique parue en septembre dans le 7mag

J'avais oublié de vous la faire lire, grande distraite va, la voici donc :

Pardonnez-moi mon père, passque j’ai péché

Tout récemment, je confessais à une connaissance que, du temps où j’usais mes fonds de culotte à l’école primaire, nous étions obligées (au féminin, because pas de mixité à l’époque – nan, c’était pas en 1700, promis juré) d’aller à confesse régulièrement.

Et la première chose à dire à Monsieur le curé en arrivant aurait dû être « pardonnez-moi d’ores et déjà car tout ce que je vais vous dire sera du pur mensonge ».  Parce que, incapable de la moindre spontanéité et trop angoissée par la punition divine éventuelle, je préparais la séance de torture des jours auparavant, réfléchissant aux péchés que je pourrais lister, suffisamment crédibles, mais pas trop graves.  Systématiquement donc, j’évoquais ma gourmandise, mes mauvaises notes au cours et ma méchanceté avec, au choix, mes parents, ma sœur, mon chat, mes camarades de classe (histoire de varier les plaisirs d’une fois à l’autre).

L’heure est venue, cependant, de vous livrer mes confessions scolaires en toute honnêteté.  Des confessions vraies de vraies.

Pardonnez-moi mon père, passque j’ai péché.  J’ai triché.  De toutes les façons possibles et imaginables, dignes de mon intelligence surnaturelle mais de ma mémoire inexistante.  J’ai usé et abusé de copions.  En papier.  Sur ma latte.  Sur mon bureau.  A l’arrière de ma calculatrice.  Ou carrément avec mon cours à portée de mains, tant qu’à faire, bien plus simple.  J’ai même, durant un examen de géographie, préparé la carte que j’aurais à remplir, que je n’ai plus eu qu’à sortir en douce, et le tour étant joué (et les points facilement gagnés). 

Pardonnez-moi mon père, passque j’ai péché.  Par amour.  Je suis entrée dans le bureau du proviseur, en son absence, malgré l’interdiction formelle et les menaces de représailles jusqu’à la fin de ma scolarité, afin d’y subtiliser la photo de l’élève qui faisait battre mon cœur à l’époque. 

Pardonnez-moi mon père, passque j’ai péché.  Avec ma meilleure amie, on a voulu faire une expérience scientifique.  Découvrant, dans les couloirs scolaires, un robinet qui coulait et un évier bouché, nous avons voulu découvrir combien de temps il faudrait à cet évier bouché pour avec le robinet ouvert à fond. Ben faut pas longtemps, croyez-moi.  Et une fois que ça déborde, ça coule dans toute l’école.  Et vu que le robinet est au premier, ça dégringole jusqu’au rez et plus loin encore.   

Pardonnez-moi mon père, passque j’ai péché.  J’ai accusé mon école de n’avoir aucun respect pour ses élèves.  J’ai fait fi de l’interdiction familiale de descendre la Lesse en kayak et me suis engagée à la faire à pied.  Puis je suis montée dans le kayak, en fille obéissante que j’étais. La descente fut formidable, ma chute dans la Lesse aussi.  Rentrant chez moi trempée jusqu’à la taille, je me suis offusquée de l’irrespect de cette école qui forçait les élèves marcheurs à traverser la Lesse et à s’y tremper les fesses.

Voilà mes confessions, et finalement, elles forment mes meilleurs souvenirs scolaires.

Bonne rentrée à tous !

15
oct

Mon horoscope décalé paru dans le 7mag d'octobre

Savourez ces recettes de cuisine gore spécialement préparées pour vous.  (Toutes ces recettes sont malheureusement inspirées de faits réels.)

 

Bélier
21 mars - 20 avril

Le steak d’autruche et le sac au goût de faisan.  Après un bon resto, emportez votre doggy bag de steak d’autruche dans une serviette en papier.  Oubliez-le dans votre plus joli sac durant minimum deux semaines.  L’odeur se rappellera à votre bon souvenir.  Ensuite, amusez-vous à la faire disparaître de votre ex-plus joli sac.

 

Taureau
21 avril - 21 mai

 Le jus de pomme flouté.  Ouvrez une brique d’un litre de jus d’orange.  Versez-vous un verre et admirez la transparence.  Entreposez-la au frigo, voire en dehors pour accélérer le processus.  Chaque semaine, versez-vous un autre verre, et comparez.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Le rôti de dindonneau mobile.  Dans votre voiture, faites rouler un rôti de dindonneau sous votre siège.  Au bout de plusieurs semaines, quand vous entendrez ce bruit d’explosion mouillée si particulier, vous saurez que le rôti est fin prêt.  Son coloris vert vous le confirmera.


Cancer
22 juin - 23 juillet

 Le jus de concombre.  Mangez la moitié d’un concombre, que vous entreposerez ensuite au frigo, sans emballage, c’est plus fun.  Au bout de trois semaines, tentez de l’en sortir…  Rigolo non, ce changement de statut solide à statut liquide, comme par magie…


Lion
24 juillet - 23 août

Le jambon filandreux.  Trouvez au rayon frais de votre supermarché un paquet de jambon emballé sous vide.  Priez pour qu’il ait un souci d’atmosphère protectrice.  Une fois certaine que tel est le cas, ouvrez-le et admirez la véritable œuvre d’art que composent les fils liant les tranches de jambon entre elles.

 


Vierge
24 août - 23 septembre

La pêche très très juteuse.  Prenez un joli sac en tissu, dans lequel vous placerez une pêche bien mûre pour votre goûter.  Goûtez ensuite de pains au chocolat durant un mois.  Ensuite, placez systématiquement votre sac sur vos genoux.  Lorsque ceux-ci seront détrempés, la pêche est prête.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Le roastbeef à pois jaunes.  Disposez une tranche de roastbeef sur une assiette.  Mettez le tout au frigo, en veillant à ce qu’une mouche puisse y entrer en même temps.  Lorsque la mouche ressort, le roastbeef est prêt.  Admirez les petits cadeaux jaunes qu’elle vous offre. 


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Le resto pour pigeon.  En terrasse, profitez d’une bonne petite salade.  Prenez votre temps.  Temps qui permettra à un pigeon de venir baptiser les lieux et d’éclabousser votre assiette.  Une véritable œuvre d’art, non ?


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Le mou du chat qui bouge tout seul.  En plein été, offrez du mou à votre chat fatigué, qui n’en mangera que la moitié.  Quatre heures plus tard, observer le mou.  Nan, ce n’est pas une illusion d’optique, les petites vagues que vous voyez, allez, faites bosser votre imagination...  


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

La bolo plastifiée.  Dans un élan de paresse, optez pour une bolo toute faite, d’une grande marque de distributeur.  Dégustez, et profitez de ce petit goût de plastique qui est dû… au véritable bout de plastique que contient le bocal.  Du plastique venant d’où ?  Euh, vous voulez vraiment le savoir ?


Verseau
21 janvier - 19 février

Le jus d’orange qui fait blotch blotch.  Choisissez-le avec de la pulpe, c’est plus mieux.  Ouvrez la bouteille, sans consommer.  Après quelques semaines, versez-vous un énorme verre, et écoutez le doux bruit du jus d’orange, ou plutôt des morceaux de jus d’orange, qui dégringolent en faisant blotch blotch blotch.


Poissons
20 février - 20 mars

Végétarienne ?  Allez donc sauver des poules en batterie à la fin de leurs bons et loyaux services.  Pour ce faire, il vous faudra escalader des montagnes de fientes encore chaudes.  Odeur garantie.  Ne vous plaignez pas, les onze signes qui vous précèdent font dans l’alimentaire, vous dans le fécal, c’est mieux non ?

5
sep

L'horoscope décallé paru hier dans le 7mag

Un horoscope dédié à la rentrée... littéraire.

Bélier
21 mars - 20 avril

Vous avez besoin d’amour en ce moment, mais votre cher et tendre est aussi froid que l’iceberg ayant coulé le Titanic il y a presque un siècle.  Puisez votre dose de bons sentiments dans un roman d’amour qui dure toujours.  Besoin de suggestions ?  Euh, demandez à votre pote Google, il vous en proposera treize à la douzaine.


Taureau
21 avril - 21 mai

Et si vous vous replongiez dans les indémodables livres de la Comtesse de Ségur ?  Les malheurs de Sophie, Les petites filles modèles…  Vous vous trouvez trop âgée ?  Faites-les découvrir à votre fille.  Vous n’avez que des gamins ?  Rho, débrouillez-vous.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Chauvine ?  Optez pour une auteure bien de chez nous.  Amélie Nothomb propose dès à présent son dernier roman : Tuer le père.  Clair qu’Amélie, on aime ou on déteste.  Clair qu’Amélie n’a plus besoin de nouveaux lecteurs pour assurer sa survie financière.  Mais clair qu’Amélie est belge, une fois, et ça, c’est cool.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Vous détestez lire ?  Dommage, vous y perdez beaucoup, mais loin de moi l’idée de vous convaincre.  D’un autre côté, si vous détestez lire, ben vous n’êtes pas en train de lire cet horoscope, non, vous ne le lisez pas.  Donc restons-en là.


Lion
24 juillet - 23 août

Prenez une bonne résolution : vous plonger dans la lecture de votre dictionnaire, histoire d’améliorer vos compétences orthographiques ?  Nan, je ne vous suggère pas de le lire de la première à la dernière page, votre dico, mais simplement de le consulter en cas de doute.  « Vous n’avait jamais aucun doutes au niveau de l’ortographe », pensez-vous… Euh, vous devriez.


Vierge
24 août - 23 septembre

D’humeur coquine nonobstant votre signe ?  La littérature érotique vous ouvre les bras.  Ayez cependant un homme (ou à défaut un sex toy) à portée de main durant la lecture, ça peut toujours servir…

Balance
24 septembre - 23 octobre

Les grandes sagas ne vous font pas peur, que du contraire, vous aimez un plaisir de la lecture qui dure dure dure, comme un Chokotoff, et c’est tant mieux car ces sagas sont super à la mode.  Vous trouverez votre bonheur, si du moins vous aimez la lecture sans prise de tête (et sans réveil du neurone, dans la célébrissime saga Twilight, la saga Rebelles, la saga Hush hush ou la saga Intuitions, vous m’en direz des nouvelles.


Scorpion

24 octobre - 22 novembre

Vous avez une folle envie de renouveau dans votre existence. Avant de virer manu militari votre homme, votre job et vos mômes, songez à redécorer votre intérieur, tout simplement.  Un vent de fraîcheur et de modernité pourrait vous suffire.  Plongez dans les livres de décoration, ils vous seront bien utiles.  Si après cela vous avez toujours ce besoin de renouveau, vous pouvez virer mari, boulot et marmots, et la maison aussi, tant qu’à faire.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

La rentrée vous stresse.  Et le stress vous donne faim.  Plutôt que dans six livres (soit trois kilos) de chocolat, investissez dans six livres SUR le chocolat, qui titilleront votre créativité.  Calories englouties, oui, mais en beauté.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous êtes écolo et supportez mal que les arbres subissent les conséquences de la culture.  Fort heureusement, le monde moderne vous offre divers palliatifs : les livres virtuels disponibles sur internet, la presse quotidienne et ses newsletters par mail et même… les blogs.  De quoi lire sans le moindre bout de papier détruire.


Verseau
21 janvier - 19 février

Les longs romans qui n’en finissent pas vous transforment en marmotte ?  Optez pour un recueil de nouvelles, il en est sorti plusieurs en ce moment, dont American Clichés de Sophie Simon ou Et là, il y a une histoire, de Jeffrey Archer.  De quoi découvrir de jolies histoires, contées en quelques pages à peine.  Moins soporifique, non ?


Poissons
20 février - 20 mars

Si vous aimez lire

Pour votre imagination embellir

Ne serait point hérésie

De vous offrir de la poésie

Afin d’embellir votre vie

 

22
jui

Votre "songoscope" paru dans 7mag

Le « songoscope » décalé d’Anaïs

 

Bélier
21 mars - 20 avril

Allongez-vous, si possible en charmante compagnie et laissez-vous bercer par la suavité de Je t’aime moi non plus made by Serge Gainsbourg et Jane Birkin.  Si ce qui suit est classé X, tant mieux pour vous, on n’a que le bien qu’on se fait ma bonne Dame.


Taureau
21 avril - 21 mai

Plutôt envie de rester dans le virtuel ?  Goodbye Marylou, susurrée par Michel Polnareff, vous conviendra parfaitement.  A vous de voir ensuite si ces paroles vous tentent pour une rencontre réelle, et plus si affinités.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Votre candeur n’a d’égale que votre attirance pour les friandises. Ecoutez donc Les sucettes, chanté par France Gall, aussi candide que vous à l’époque, et tentez d’en découvrir le sens caché.  A vous de voir ensuite, parmi les deux sens de cette friandise, lequel vous choisirez.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Besoin de vous déhancher à l’approche de l’été ?  La lambada de Kaoma est faite pour vous.  Peu importe les paroles, ici c’est le pas de danse langoureux qui va vous entraîner dans un tourbillon de bonheur et de chaleur.


Lion
24 juillet - 23 août

Pour vous, la gourmandise n’est pas un vilain défaut, que du contraire.  Ruez-vous sur Banana split de Lio.  Cet air enfantin, si vous l’écoutez bien, se révélera bien mutin.  Profitez de ce dessert si sucré et si… enfin vous voyez quoi.


Vierge
24 août - 23 septembre

Vous êtes seule et pour vous ce n’est pas extra.  Ecoutez donc C’est extra de Léo Ferré.  L’histoire de cette femme décrite à la manière d’un bateau ne pourra que vous entraîner sur les flots de la romance à laquelle vous aspirez.  Amen.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Entre le 69 et la brouette espagnole, votre cœur balance (je sais, elle est facile).  Ruez-vous sur votre homme et lancez Pour le plaisir d’Herbert Léonard.  Démodée ?  Mais non.  Et puis, peu importe la chanson, pourvu qu’on ait (enfin que vous ayez) l’orgasme.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Combien d’années d’abstinence déjà ?  Combien ?  Oups, il est temps de vous ressaisir.  A force d’écouter Tous les garçons et les filles, vous allez finir par vous encroûter, comme le pâté.  Puisse cette chanson de Françoise Hardy vous rendre un tantinet plus… hardie.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Incorrigible romantique va.  Vous écoutez en boucle Savoir aimer, pour vous convaincre que vous en êtes capable.  Et si vous cessiez de tenter de savoir pour tout simplement passer à l’acte, et aimer.  Bonheur assuré.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous aimez vous la jouer ingénue.  Like a virgin de Madonna est faite pour vous.  Traduisez et décryptez les paroles, vous comprendrez que sous ce titre qui clache se cache un brin de romance.  Vous ne connaissez pas l’anglais ?  Ben achetez-vous un dictionnaire.


Verseau
21 janvier - 19 février

Une petite vague de nostalgie vous assaille et vous écoutez, Fais-moi l’amour comme à seize ans de Marie Laforêt.  Ça vous aidera à vous persuader que non, oh non, vos seize ans ne sont pas loin.  Ils sont là, tout près tout près, il vous suffit de vous retourner.


Poissons
20 février - 20 mars
Sans mauvais jeu de mots, sus à Etienne, Etienne de Guesh Paty.  Sensuelle et claire et nette, cette chanson se passe de commentaires.  Alors, ne commentez pas, savourez l’instant, la musique et ses conséquences.

10
jui

Je n’aime pas les grosses (chronique parue dans le 7mag)

Beaucoup de femmes adorent les grosses, je sais.  Ben moi, pas.  Je suis peut-être anormale, mais c’est ainsi.

Car personnellement, je n’ai jamais compris l’assimilation que font les gens (surtout les hommes, mais aussi les femmes vénales, dont je ne fais bien sûr pas partie, vous en doutiez ?) entre grosse voiture et puissance.  Dans tous les sens du terme s’entend.  Comme si plus le nombre de chevaux et le prestige du véhicule étaient importants, plus l’homme l’était aussi, important. 

Bon, of course, une voiture, c’est pratique.  Une jolie voiture, c’est sympa.  Une voiture équipée de tout le confort, genre air co, musique, chauffage, c’est agréable, on va pas se voiler la face.  Mais pour moi, ça s’arrête là.  Tant que ça roule, que ça ne tombe pas en panne à tout bout de champ et que ça m’emmène là où je veux, je suis déjà contente.  Et à choisir entre un homme sympa, drôle et gentil avec une moche Lada (pléonasme), si ça existe encore, ces voitures inspirées tout droit des dessins d’enfants et un homme bof bof bof avec une grosse tuture, je prends le premier.  Siiiii, je vous jure.  Par contre, s’il est sympa, drôle et gentil avec une grosse tuture, ben tant qu’à faire hein, autant avoir tout le package.  Mais pas une tuture qui en jette (et qui rime avec « je me la pète »), car franchement, la frime au volant, très peu pour moi.  Ça me rappelle un rendez-vous galant que j’avais eu, où le monsieur, même pas charmant, était venu me chercher dans une Porsche rouge.  Je vous jure.  La honte intersidérale pour moi, je vous l’assure.  En plus, pour la petite histoire, la classe du Monsieur n’égalait pas celle de son véhicule, mais soit.

D’autre part y’a un truc qui m'horripile au plus haut point en ce moment, ce sont les gens qui roulent en 4/4 pour aller chercher leur pain à cent mètres, en pleine ville.  Ridicule.  Comme si on avait besoin d’un 4/4 à Namur, allons allons.  Juste pour le snobisme, l’égo ou que sais-je d’autre.  Sans doute car avoir un énorme engin est, pour les hommes, synonyme d’avoir un énorme engin (l’autre engin, si vous voyez ce que je veux dire).  Ben moi je préfère les petits engins, qu’on se le dise.  Et je l’ai déjà dit dans le titre.  

Par contre, là où mon avis est nettement moins tranché, c’est au sujet des voitures de plein air.  Les décapotables.  Les cabriolets.  Il fut un temps lointain où, à Namur, on voyait en stationnement une jolie petite Coccinelle noire décapotable. Mon rêve.  Meugnonne tout plein, la petite.  Meugnonne mais pas frimeuse, ceci expliquant sans doute cela.  Clair que la sensation de l’air sur le visage, en plein été, c’est grisant à souhait.  Et pour avoir profité, un beau soir d’été plein de ciel bleu et d’oiseaux dans le ciel, d’une virée campagnarde à bord d’un cabriolet, en charmante compagnie masculine, je peux vous dire que ce type de voiture rend tout homme beau.  Séduisant. Craquant.  L’ivresse de l’oxygène, sans doute.  Ou l’ivresse de la vitesse.  Ou l’ivresse des bulles avalées avant la virée, je ne sais plus trop.    Oh oui, les décapotables sont des aimants à filles, qu’on se le dise.

La conclusion de ma réflexion (qui a dit « divagation Anaïs, pas réflexion », que je le baffe) : je ne craque absolument pas pour les grosses…  mais si elles aiment la vie au grand air, à bien y réfléchir, je ne dirais pas non.

A bon entendeur…

20
mai

Les bonheurs du jour dans mon jardin tranquille... (chronique parue dans le 7mag)

J'ai un jardin tranquille.  Enfin une terrasse, mais jardin, ça sonne bien (et ça fait des rimes).  Alors, j'ai un jardin tranquille.

Tranquille... ?

Pas toujours.

Tranquille, sauf quand une nuée d'abeilles en folie décide de s'installer dans mon nouveau HLM pour insectes.  Et l'invasion est telle que je décide de le déménager.  Mais les abeilles, ben c'est bête, passqu'elles continuent à chercher leur HLM à son ancien emplacement.  J'en ai même une qui rôde sans cesse, faisant des va-et-vient permanents et des bzzzzz bzzzzz à n'en plus finir.  Nerveuse, qu'elle est.  Alors je rapporte le HLM, j'attends qu'elle s'y installe, puis je le déménage à nouveau au fond, avec la miss Maya inside.  Sauf que la miss ressort, vu qu'apparemment ça se passe comme ça, un déménagement en HLM pour insectes, à grands coups d'allers-retours entre le nouveau domicile et un endroit inconnu.  Doivent avoir beaucoup de mobiliers, les abeilles.  Et comme j'ai bougé son logement, avec elle inside, quand elle repart puis revient, elle a pas le sens de l'orientation, elle repart à l'ancien endroit, et recommence ses bzzzzzz bzzzzzz.  J'abandonne la lutte, elle a qu'à prendre une carte et retrouver son logement.  Mais je me culpabilise, passque ben moi, si je rentrais un jour et que mon logement avait migré à 200 mètres, pas sûre que je le retrouverais...  

Tranquille, sauf quand un chtit gaminou se met à appeler son paternel, d'abord tout doucement, puis de plus en plus fort, de façon incessante, de façon aigue (dingue comme les jeunes enfants ont une voix criarde), de façon répétée, genre à plus de 100 db.  Moi quand j'étais môme, on m'avait appris, si j'avais quelque chose à dire, à me rendre auprès de l'adulte, et pas à hurler comme un goret prêt à être égorgé.  Il hurle tant que j'en viens à me demander s'il s'est pas tranché le pied avec un sécateur, des fois que mon manque de réaction serait assimilé à de la non-assistance à personne en danger.  Finalement, les cris se tarrissent, le paternel apparaît, en même temps que le silence...  

Tranquille, sauf quand une famille d'oiseaux raconte sa vie durant tout l'après-midi.  Dingue que de tels cris stridents puissent sortir de si petits corps, non ?  Et dingue, tout ce qu'ils ont à se raconter, ces volatiles.  Parfois, le ton monte, ça crie à qui mieux mieux, puis ça se poursuit dans les branchages, puis ça se tait pour mieux reprendre son souffle et piailler encore et encore...  

Tranquille, sauf quand un avion joue au con.  Je ne le vois pas, mais je l'entends.  Le bruit s'intensifie, au point qu'on le dirait prêt à tomber.  Ma phobie des zoizeaux de métal s'étend même sur le plancher des vaches...  Et ça dure et ça dure, toujours sans que je le voie.  Ça me fout une trouille de malade.  Parfois, ce n'est pas un gros avion, mais un tout chtit, genre touristique, et ça j'aime, son bourdonnement me rappelle les étés de mon enfance...  

Tranquille, sauf quand la musique envahit les jardins.  Si j'aime, j'aime.  Mais si j'aime pas, ben j'aime pas.  Et vu qu'en matière de musique, tous les goûts sont dans la nature, pas facile de toujours aimer ce que le voisinage inflige.  Et vive les boules Quiès.   

Tranquille, sauf lorsque les tondeuses se mettent au taf.  Etonnamment, voilà une briseuse de tranquillité que j'aime d'amour, passqu'avec elle vient ensuite l'odeur de l'herbe coupée.  Et ça, c'est du bonheur à l'état pur, ma bonne Dame. 

Tranquille ?

Oui, tranquille, malgré quelques tout petits riquiquis inconvénients quoi.  Et le jour où ces inconvénients me sembleront insurmontables, ben j'irai sur mon île déserte, tiens.

 

Et dans mon jardin tranquille, j'ai repéré deux bonheurs du jour :

Une fleur de nénuphar, après trois ans d'absence because le gel qui avait tué le prédécesseur... le petit nouveau, deux ans au compteur, m'offre ce joli cadeau.

Copie de Photo 129.jpg

Copie de Photo 130.jpg

Une future petite dégustation de fraises...

Copie de Photo 131.jpg

21
mar

Ma chronique parue dans 7 mag début de ce mois

Adieu février, je t'aimais tant...

J'adoooore le mois de février ! Pas vous ?

Oui, bon, on est en mars.  Mais début mars.  Donc quasi fin février.  Et j’aime me retourner vers mon passé, moi.

Donc, j’adoooore février.

Passque février est le mois de tous les possibles.

En février, les jours rallongent de façon extraordinaire.  Si, si, extraordinaire. Et visible. On abandonne petit à petit les bougies symboles de cocooning hivernal pour savourer le fait de quitter le bureau à pas d'heure sans qu'il fasse noir comme dans un four mal nettoyé (et comme dans un four bien nettoyé aussi, tant qu'à faire).

En février, ça sent bon le printemps.  Oui, bon, parfois il gèle.  Parfois, il neige.  Parfois, il vente.  Mais on s'en fout, car le printemps va arriver la belle saison (ça donne envie de chanter, non ?), il est dans l'air, il est dans l'humeur. Jamais il ne manque à l'appel (pas comme les mecs romantiques, qui, eux, manquent à la pelle).  Le voici le voilà, il arrive à grands pas.  Vous voyez comme ça me ravit... j'en fais même des rimes !

En février, les nouvelles collections envahissent les magasins.  Adieu les couleurs ternes et déprimantes.  Bonjour les roses, les jaunes, les blancs, les oranges, les décolletés, les manches courtes, les maillots, les cocktails en bord de piscine, les 30 degrés à l'ombre et les gentils organisateurs tablettedechocolatés à souhait... oups, je m'emballe.

En février, le soleil sort petit à petit (c'est pas trop tôt, fainéant va) de son hibernation.  Tenez, pas plus tard que l'autre jeudi, j'étais affalée en terrasse, en plein centre ville, à savourer de bons petits plats en charmante compagnie.  Si c'est pas ça le bonheur, je vous le demande, keske c'est ?  Bien sûr, faisait frisquet.  Bien sûr, on a gardé nos manteaux.  Mais c'est pour moi le comble du bien-être que de manger dehors, en compagnie du soleil, alors que statistiquement, c'est pas gagné.  Manger en terrasse en juillet, banal.  Manger en terrasse en février, orgasmique.

En février, les bourgeons commencent à faire leur apparition.  Les oiseaux chantent plus que d'habitude.  Les matins ne sentent plus la même odeur qu'en janvier.  Les soirs non plus d'ailleurs.  Et quand, parfois, l'hiver nous refait un petit coucou, ben on l'accueille avec d'autant plus de plaisir qu'on sait qu'il repart tout bientôt.  Tchu, ça me rendrait presque romantique, tout ça... d'autant que février est le mois de la saint-... euh, non, sujet qui peut fâcher, seul bémol de ce mois béni, tout bien réfléchi.

Et puis, last but not least, nec plus ultra, summum du summum, bonheur parmi les bonheurs, joie parmi les joies, en février, y'a que 28 jours.  28.  Oui, bon, 29 les années bisextiles, mais on s'en fout non ?  Donc 28, la plupart du temps.  28 jours donc, hormis les week-ends, à bosser... tout en étant payée comme les mois normaux, soit 30 jours avec de la chance, 31 jours la plupart du temps (7 mois tout de même, contre 4 mois seulement à 30 jours, cherchez l'erreur).  Voilà donc le meilleur mois de l'année, celui de toutes les folies financières, celui où on peut claquer un salaire énooooooorme en 28 petits minuscules jours.

Alors, elle est pas belle la vie ?

18
mar

L’horoscope décalé d’Anaïs paru dans le 7mag de mars

 

Passqu'à l’approche du printemps, les petits oiseaux chantent dans les culottes... je vous ai réservé un "érotoscope de la maison" dont vous me direz des nouvelles... à lire et à vivre à deux, cela va de soi, voire plus si affinités.

 

Bélier
21 mars - 20 avril

N'allez pas trop loin.  Contentez-vous du hall d'entrée, de son côté "sexe rapide et un tantinet bestial" et de son air de "vite fait bien fait".  Parfois, l'empressement, c'est totalement excitant.  Si votre porte d'entrée est vitrée, évitez cependant de vous exposer, l'exhibitionnisme, c'est pas trop trop légal, je pense.

 

Taureau
21 avril - 21 mai

Foncez vers la cuisine, elle regorge de possibilités diverses et variées.  Vous voyez où je veux en venir ?  Non ?  Bon.  Le plan de travail.  Les chaises.  La table.  Inconfortables, trouvez-vous ?  Pfff, rabat-joie.  J'ai dit foncez, alors foncez, vous argumenterez ensuite.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Pour les gémeaux en recherche de cocooning ou les taureaux vraiment trop douillet, le salon et son canapé moelleux feront l’affaire.  Pas super original, mais tellement confortable.  Et puis emportez votre horoscope kamasoutresque de l'autre mois, il pourra apporter la touche de complexité qui manquait.  Cocooning d’accord, mais acrobatique.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Pour prendre possession de la terrasse, même si le jeu en vaut la chandelle, il vous faudra attendre une journée bien chaude et vous assurer que personne ne peut vous voir.  Ou du moins, presque personne, car ce petit côté "et si quelqu'un nous surprenait" n'a rien pour vous déplaire, avouez...


Lion
24 juillet - 23 août

Direction la salle de bains.  Plongez dans un bain moussant rempli à ras bord.  Bon, je sais, c'est inconfortable, ça glisse, c'est étroit et tout et tout, mais c'est si romantique... Souvenez-vous, Pretty Woman, la scène de la baignoire, ses longues jambes de deux mètres, i-nou-bli-a-ble.  Et puis vous pouvez terminer votre soirée sur la carpette moelleuse ou dans votre lit douillet...


Vierge
24 août - 23 septembre

Envahissez la chambre.  Meuh non c'est pas classique.  J'ai pas dit pyjama flanelle lumières éteintes et position du missionnaire, que je sache.  Et puis dans une chambre, y'a pas qu'un lit... y'a les rideaux auxquels grimper, le lustre auquel s'accrocher.  Allez quoi, un peu d'imagination !

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Déguisez-vous en secrétaire (vous me direz "c'est quoi un déguisement de secrétaire" et j'avoue que je sais pas trop mais prenez un air coincé et intello quoi, gros cliché oblige) et attendez-le dans le bureau, étendue sur ses dossiers (s'il ne gère pas de dossiers, le bougre, contentez-vous d'une pile de factures impayées).  Et laissez le charme agir, avec ou sans Axe.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

La buanderie, ça vous tente ?  Je saaaaais, c'est d'un classique, le coup de la machine à laver en plein essorage.  Mais ça a du bon, rien à redire.  Et pour rester dans les classiques, mettez Mozart ou Beethoven en musique de fond, orgasme musical assuré.  Méfiez-vous cependant si vous avez pris un chouia de poids durant les fêtes et si votre budget ne vous permet pas l'acquisition d'une nouvelle machine.  Je dis ça je dis rien, comme d'hab.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

La piscine, la piscine, la piscine, la piscine !  Vous n'avez pas de piscine ?  Euh, pas d'amis habitant une maison avec piscine que vous emprunteriez pour un soir ?  Pas de famille ayant gagné au lotto et investi dans une piscine à 35 ° ?  Solution de rechange : louez une chambre d'hôtel avec jacuzzi, ça devrait le faire.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Les marmots sont au dodo ?  Squattez leur salle de jeux, vous allez vous amuser comme des petits fous.  Avec un peu de bonne volonté, Barbie et Ken peuvent être sources d'inspiration.  Sans oublier les Lego qui gratouillent le dos.  Et que pensez-vous d'un strip poker via le Trivial pursuit junior ?


Verseau
21 janvier - 19 février

Pas peur de la poussière ou des bestioles en tous genres ?  Courez à la cave ou au grenier, n'allumez pas, avancez à tâtons, au risque de caresser, plutôt qu'un torse velu, une araignée poilue ou un rat qui passaient par là...  Arachnophobes (et ratophobes, euh, ça se dit ça ?) s'abstenir.


Poissons
20 février - 20 mars

Rha galère, pourquoi les maisons n'ont-elles pas davantage de pièces ?  Pour vous, je n'ai plus en stock que les WC.  Pas très glamour.  Mais avec quelques aménagements et de bonnes idées, y'a moyen de moyenner plus que moyennement.  Bonne chance, amis poissons...   

25
fév

Mon billet d'humeur dans 7mag

Ou plutôt mon billet "de mauvaise humeur", vu que suite à souci technique, la rédac l'a zappé... on est peu de choses hein ma bonne dame.  Il me reste à faire des neuvaines pour que la technique fonctionne en mars... Bonne lecture :

Je résolutionne, tu résolutionnes, nous résolutionnons

Plus d’un mois après le passage à l’an neuf, l’heure du verdict a sonné.  L’heure de la question qui tue : avez-vous tenu vos bonnes résolutions ?  Si du moins vous en avez pris, car, en 2011, une seule résolution semble de mise « cette année, je m’engage à … ne pas prendre de résolution, na ».

Et bien moi, Mesdames, Messieurs, j’ai l’immense honneur de porter à votre connaissance que cette année, j’ai pris de bonnes résolutions (pour la première fois de ma si courte vie, maintenant que j’y réfléchis intensément).

Et, Mesdames, Messieurs, j’ai l’immense honneur de porter à votre connaissance que cette année, j’ai tenu mes bonnes résolutions.  Applaudissements, siouplait.

Première bonne résolution : perdre du poids.

J’ai perdu du poids.  Bon, ma balance est en chômage technique because plus de piles, mais je le sens, que j’ai perdu du poids.  Je le sais, rien qu’en regardant ma silhouette de rêve dans le miroir chaque matin.  J’ai commencé mon régime le 30 décembre, tant qu’à faire.  Zappé, le réveillon.  Zappé, le champagne de l’an neuf.  Seuls aliments autorisés : céréales et eau fraîche.

Seconde bonne résolution : faire des économies.

J’ai fait des économies.  Siiiiiiiiiiiii.  J’ai pas été aux soldes, cet événement surfait où des femmes hystériques, dont je ne fais pas partie, cela va de soi, s’arrachent des fins de série en se frappant à coups de sacs.  J’ai résisté à l’appel de ma carte de crédit.  Résisté à l’appel des étiquettes « - 70 % sur tout ».  J’ai résisté, j’ai prouvé à France Gall que j’existais.

Troisième bonne résolution : avoir plus de temps libre pour m’informer plus.

J’ai eu plus de temps libre ces derniers temps.  Et je me suis informée plus.  Les deux étant souvent liés.  Terminée, l’Anaïs qui ignore tout de ce qui se passe autour d’elle.  Moi, maintenant, je sais tout des inondations dans tel ou tel pays, des assassinats à l’étranger ou près de chez moi, de la crise économique et de la crise politique, de Senna qui trompe Amélie, le bougre.  Oui, maintenant, je maîtrise les bonnes nouvelles qui m’entourent.  Tout ça grâce aux trèèèèès longues journées de temps libre que je me suis octroyées, car on n’a que le bien qu’on se fait, ma bonne dame.

Et si je suis parvenue à tenir mes trois premières bonnes résolutions si facilement, c’est grâce au coaching, ce phénomène à la mode actuellement.  Ma coach m’a aidée à m’accrocher.  Ma coach est mon Dieu.  Ou plutôt ma Déesse.  Car ma coach, ben c’est la grippe…

Par contre, je me dois d’être honnête quant à ma quatrième bonne résolution : trouver l’amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique.

Passque bon, j’ai pas trouvé l’amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique.  Mais il me reste onze mois, alors, vous allez pas me saouler avec ça alors que la Saint-Valentin se profile à l’horizon, bande de sadiques (sanglots intenses et bruyants).  Et puis, j’allais tout de même pas lui filer ma grippe, à mon amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique…

8
déc

L'horoscope décalé de vos fêtes, paru dans le 7mag de ce 5 décembre

 

11111117magdec 001.jpg

 

L’horoscope décalé d’Anaïs

Bélier
21 mars - 20 avril

Vous détestez les fêtes ?  Vous m’en voyez fort peu étonnée.  99,99999999999 % des gens haïssent les fêtes mais prétendent les adorer.  Cette année, assumez votre « hate-christmas attitude » et n’installez pas de sapin de Noël, n’invitez personne.  Qui sait, vous serez peut-être l’objet d’une invitation inattendue et surprenante, qui vous ravira.

Taureau
21 avril - 21 mai

Et si vous faisiez un truc fou en cette fin de décennie ?  Genre… euh, chais pas moi, partir réveillonner sur une île, par 30 degrés, maillot exigé, palmiers souhaités, repas en plein air vivement recommandé et amour à gogo.  Bon, l’amour est facultatif, y’a pas que les mariés heureux qui peuvent s’amuser, nom d’une alliance en platine.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

J'ai pris ma boule de cristal et je vois... je vois... je vois... qu'en cette période festive, vous allez être malade, gnark gnark.  Une grosse grippe, assortie d'une chtite bronchite et saupoudrée d'une joyeuse gastro.  Les fêtes, ça sera au lit.  Mais non je ne vous en veux pas, c'est pas moi qui le dis, c'est la boule de cristal.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Envoyez vos mômes à la gare.  Façon de parler hein, je voudrais pas qu'on me dénonce aux services sociaux.  Y'a bien des grands-parents ou une vieille marraine à disposition pour un des réveillons, non ?  Ben si.  Donc, envoyez vos mômes à la gare et sortez-lui le grand jeu : tenue affriolantes, plats aphrodisiaques et alcool à flot.  Le reste sera censuré.


Lion
24 juillet - 23 août

Votre sens de la famille vous fait adorer la tradition dinde foie gras champagne bûche avec un petit sapin en plastique messe de minuit cougnou, neige et gros dodo.  Organisez alors une grande fiesta pour toute la famille, en n'oubliant jamais que durant ce genre de grand rassemblement, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.  Sinon, gare aux règlements de comptes à OK Corral.


Vierge
24 août - 23 septembre

 En 2010, vous ferez la fiesta en version écolo.  A bas le foie gras, vive le comité de libération de la volaille.  Exit les cuisses de grenouilles, à vous l'association pour la survie des reinettes et congénères.  Ruez-vous sur le pâté et autres plats végétariens mais festifs.  Mais ne zappez pas les bulles, sans elles, c’est bien connu, la vie est nulle.

Balance
24 septembre - 23 octobre

Direction l'aéroport avec votre chéri, votre chérie ou votre best friend.  Montez dans le premier avion accessible.  Et place à l'aventure.  Attention, analysez les fuseaux horaires tout de même, ce serait bête que vous arriviez à 2 heures du mat... soit après les douze coups de minuit. Non ?


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Et quoi, Saint-Nicolas aurait le droit d’inviter père fouettard pour punir les vilains pas beau, mais pas vous ?  Mais si mais si.  Vos proches ont été méchants avec vous cette année ?  L’heure de la vengeance a sonné : ne leur offrez aucun cadeau.  Bien fait.  Na.  Ils l’ont pas volé.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Et si, pour changer, vous cessiez de vous la jouer « je mate mon nombril à longueur d’heure ».  Si, pour changer, vous zieutiez l’ombilic de votre prochain.  Plongez dans le bénévolat, distribuez des cadeaux aux enfants hospitalisés, servez des repas au réveillon, invitez votre voisine solitaire, peu importe, pourvu que votre nombril soit zappé pour une soirée.  Vous verrez, ça fait un bien fou.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

 Les boules de Noël vous filent des aigreurs d'estomac et les guirlandes vous étranglent au point d'en avoir la nausée ?  Optez pour une retraite, chais pas moi, à Maredsous ou auprès du Dalaï Lama, au choix.  Vous y comprendrez le sens de la vie, de l'amour, de la béatitude et de tous ces autres concepts passionnants et tellement étranges. 


Verseau
21 janvier - 19 février

Cette année, comme chaque année, vous fêterez le passage à l’an neuf devant Hibernatus (avec de Funès, aussi amusant qu’un réveillon avec bulles) ou l’Arbre de Noël (avec Bourvil, aussi triste qu’un réveillon sans bulles).  Une petite suggestion pour changer vos habitudes : offrez-vous Esprit de famille, avec Sarah Jessica Parker et Diane Lane, entre autres, je vous le garantis 100 % remboursé si insatisfait : amusant comme de Funès, émouvant comme Bourvil.


Poissons
20 février - 20 mars
Célibataire pour les fêtes ?  Bienvenue au club...  Rassemblez donc le plus de mecs pour le réveillon (y'a bien des frères d'amies, des cousins d'amies, voire des ex d'amies à disposition non ?) et mettez en pratique votre bonne résolution du 1er janvier : trouver enfin un homme, un vrai, pour 2011.

 

6
déc

Mon billet d'humeur du 7mag (paru le 5/12) : quand vous lirez ces lignes…

 

11111117magdec 002.jpg

 

Quand vous lirez ces lignes...

... je serai :

- sur une île déserte, doigts de pied en éventail, en train de siroter un cocktail dans une noix de coco trouée (tapez 1)

- sur la lune, en train de faire un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour l'humanité (tapez 2)

- au sommet de la Tour Eiffel, prête à sauter à l'élastique (tapez 3)

- à la mer du Nord, en train de manger des moules, passque c'est un mois en -bre (tapez 4)

- à Namur, en train de fêter mon anniversaire (tapez 5)

Ceux qui ont tapé 1, 2, 3 ou 4 me connaissent décidément bien mal.

Passque quand vous lirez ces lignes, je serai tout bêtement en train de fêter mon anniversaire (tapez 5, ça tombe bien, on est le 5).  Oui, je sais, c'est nul, tout le monde fait pareil, au moins une fois l'an, sauf  à être née un 29 février. 

Mais ce qui est encore plus nul, je vous le dis, c'est d'avoir son anniversaire en décembre.

Attention, sortez vos mouchoirs, Anaïs-Cosette va faire pleurer dans les chaumières en ce 5 décembre 2010.

Flash back.

Un mois de décembre comme les autres, au siècle dernier.  Anaïs est encore une enfant.

Le 5 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux d'anniversaire que son papa et sa maman lui ont préparés.  Que du bonheur.  Elle passe une magnifique journée pleine de papiers froissés, de bougies à souffler et de gâteau à dévorer.

Le 6 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux que Saint-Nicolas lui a apportés.  Que de la joie.  Sa journée est formidable, ses yeux pétillent du bonheur d'avoir reçu tant de jolies choses et son foie est déjà en compote d'abricot (gâteau de la veille + chocolats du jour = paaaaaas bieeeeeeeeen).

Le 25 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux que Papa Noël a fait glisser pour elle dans la cheminée (enfin, qu'il a déposés au pied du radiateur quoi).  Ô félicité.  Et c'est reparti pour une journée pleine de jeux, de bûche, de dinde et autre joyeusetés propres à cette période.  D'ailleurs, le 24 décembre fut sans nul doute, lui aussi, rempli de bûche, dinde et coca (rappelez-vous, Anaïs est encore une gosse).

Le 31 décembre, elle ne se lève pas précipitamment.  Mais elle sait que le soir venu, ou le lendemain, en fonction des années, des tas de dringuelles tomberont dans son escarcelle.

Ensuite, le drame.

Janvier, le néant.

Février, le marasme.

Mars, l'absence.

Avril, à la rigueur, une chtite cloche de Pâques qui passe.

Mai, le désespoir.

Juin, l'effondrement.

Juillet, la sinistrose.

Août, la tragédie.

Septembre, la déprime.

Octobre, la récession.

Novembre, le vide intersidéral.

Puis, enfin, décembre, les cadeaux et sucreries jusqu'à écœurement total. 

Jamais contente l'Anaïs, je sais.

Rassurez-vous, depuis lors, Saint-Nicolas m'a oubliée, Papa Noël me tire la tronche et les dringuelles ont été rayées de ma vie.  Reste donc plus que le 5 décembre pour faire la fête, manger du gras, du sucré et recevoir plein plein de cadeaux.

Bon, il est quelle heure ?  Allez, zou, changement de programme, je vais voir s'il est encore temps pour le 1, le 2, le 3, ou le 4.  Après tout, on n'a pas tous les jours vingt (sic) ans ma bonne Dame.

 

8
nov

Eloge de la sieste (chronique parue dimanche dans le 7mag)

novembre 10 003.jpg

(Chronique parue avec l'horoscope décalé kamasoutresque dans le 7mag)

J’ai la chance inouïe de bosser à temps partiel.  Je vous vois d’ici baver de jalousie comme un escargot namurois sur sa feuille de pissenlit.

Chance inouïe car rares sont ceux qui peuvent jouir d’un tel luxe, j’en ai conscience.  Aaaah, keske je me la pète grave.  Non mais, plus sérieusement, vous trouvez ça humain, vous de devoir se lever, cinq jours par semaine (voir six si affinités) avant même que les poules aient ouvert le premier œil, de trimer toute la sainte journée pour ensuite rentrer chez soi, après que les poules soient rentrées à l’abri des renards, pour s’avachir lamentablement sur le canapé avec l’envie de dormir et rien d’autre ?  Tout ça durant quarante ans au bas mot, pour un salaire de misère, une pension qu’on n’aura pas, et que de toute façon si on l’a, la pension, on sera ravagés bien avant par toutes ces maladies qui rodent en attente d’une proie à décimer rapido presto.  Oui, bon, je sais, je vous décris la vie de Cosette ou de la Petite marchande d’allumettes, je noircis un peu le tableau, mais tout de même, j’ai pas totalement tort… Si ?

J’y ai réfléchi des heures durant (fastoche, j’ai tout le temps de réfléchir, vu mon horaire), et j’ai trouvé des solutions pour que le farniente devienne un art de vivre au quotidien.

D’abord, faudrait instaurer l’interdiction de bosser quand il fait trop chaud.  Trop mauvais pour le cœur et les artères.  Au-delà de 22 degrés, y’a mieux à faire que de s’enfermer dans un bureau, non ?  Surtout si le soleil est de la partie.  Dans ce cas, on travaille plus, on profite de l’existence.  Dès 22 degrés donc, farniente, transat et cocktails à gogo.

Ensuite, il est indispensable d’interdire à tout citoyen de travailler en-dessous de 10 degrés.  C’est mauvais pour les bronches, le cœur et les artères, de sortir de chez soi par grand froid. Puis faut éviter de glisser sur le verglas ou de s’embourber dans les congères.  Dès moins de 10 degrés donc, canapé, feu de bois et siestes à gogo.

Mais ce n’est pas tout.  Ah ben non ! Vous pensez pas que je vais me contenter de cela…

Les horaires en fonction de la météo, c’est un premier pas, mais il en existe un second : les horaires en fonction de la luminosité.

En premier lieu, dès que le soleil pointe le bout de son nez, je déclare que le travailleur a le droit de quitter son poste pour en profiter pleinement.  Et si Monsieur Météo annonce plus de trois heures d’ensoleillement sur la journée, on zappe carrément le travail, tant qu’à faire.  Y pleut suffisamment en Belgique pour qu’on doive impérativement profiter de la moindre petite visite de notre astre préféré.

Je préconise en second lieu de ne plus devoir se lever avant notre soleil chéri.  Et de ne plus devoir quitter le turbin alors qu’il s’est déjà couché. Tout être humain a besoin de sa dose de mélatonine, qu’il obtiendra en prenant un bon bol d’air en pleine journée, il y va de sa survie morale.  En hiver donc, fini le réveil à 6 ou 7 heures du mat et les journées qui se prolongent jusque 18 heures.  Il est temps pour nos boss d’être un peu plus humains, que diable.

Enfin, last but not least, étant donné que tout travailleur a besoin de profiter de longues soirées d’été sans penser au réveil qui va sonner et que rien que d’y penser la soirée est gâchée, je déclare que, durant les journées les plus longues, nous pourrons nous lever lorsque notre organisme se sentira prêt, afin de jouir des barbecues et autres réjouissances sans l’angoisse du lendemain.

Toutes ces réformes mises l’une dans l’autre, je vous promets que ça va être que du bonheur… Vive la semaine des … euh… dix heures ?  Huit ?  Cinq ?

Aaaaah, kesk’on va pouvoir en faire des siestes avec la réforme des horaires de travail made by Anaïs. 

Et si l’envie vous prend, vous aussi, de vous offrir, outre les siestes classiques, une petite sieste crapuleuse… filez lire votre horoscope kamasoutresque décalé paru hier…  

 

7
nov

l'horoscope "kamasoutresque" décalé du 7mag (kamasutra humour)

Chers petits lecteurs curieux et avides de kamasutra du 7mag, comme promis, rien que pour vous, les positions illustrées...

Bélier
21 mars - 20 avril

C’est pas passque vous vous ennuyez comme les feuilles sur les arbres qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  La position de « la bête à deux têtes » convient parfaitement à votre caractère fonceur.  Attention cependant, elle comporte certains dangers, alors la prudence s’impose, si vous voulez éviter de subir ensuite par la position du kinésithérapeute.

 

bete.jpg

 


Taureau
21 avril - 21 mai

C’est pas passque ça caille qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Vous en avez marre de l’amour vache ?  Tentez la position du « cerf en rut », parfaite pour tout chasseur ou toute chasseresse (ça se dit, ça ?) qui s’ignore.  Et nul besoin de bramer, même si c’est de saison. Vachement génial non ?

 

cerf.jpg


Gémeaux
22 mai - 21 juin

C’est pas passque la déprime approche qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Célibataire ?  Argh, pourquoi me faites-vous ça ?  J’ai rien à proposer pour le célibat, moi, du coup, ce mois-ci.  Attendez, je réfléchis, je réfléchis.  Tic-tac, tic-tac, tic-tac.  Je réfléchis je réfléchis.  Euh, tapez « kamasutra pour célibataire » dans Google, 109000 résultats, vous devriez y trouver votre bonheur.


Cancer
22 juin - 23 juillet

C’est pas passque vous claquez des dents dans votre salle de bains qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Mettez le chauffage à fond, allongez-vous sur la carpette pleine de cheveux et de pellicules et allez-y à fond sur la position du « crabe ».  Et si vous en pincez à donf pour votre partenaire, c’est encore mieux (vous en pincez aussi pour mon humour fou, j’espère).

crabe.jpg
Lion
24 juillet - 23 août

C’est pas passque les feuilles tombent qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Faites donc tomber vos fringues et laissez naître la lionne qui sommeille en vous, en adoptant la position du « tigre ».  Vous allez rugir de plaisir.  Ensuite, zappez sur la position de la « lionne », tant qu’à faire. Et comme on a toujours faim après l’amour, prévoyez la friandise du même nom pour satisfaire vos appétits, la boucle féline sera ainsi bouclée.

 

tigre.jpg

lionne.jpg


Vierge
24 août - 23 septembre

C’est pas passque les frimas sont de sortie qu’il faut bouder les plaisirs de la chaire.  J’ai bien dit la chaire, avec E, ne faites pas semblant de confondre.  Point de position pour vous, que nenni, c’est dimanche et il est temps pour vous d’assumer pleinement votre virgin attitude.  Allez, zou, à la messe.  Et si le curé est le fils de Prat Bitt et d’Antonio Banderapas, tant pis pour vous.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

C’est pas passque c’est l’automne qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Et si vous testiez la position éponyme (ce qui me permet de placer un mot hypeeeer complexe, yessss).  Attention, un bon équilibre est nécessaire, sinon la chute est assurée.  Si vous avez plus de 40 ans, optez pour « la belle endormie » ou « le transat », parfaites pour votre grand âge.

 

belleendormie.jpg

transat.jpg


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

C’est pas passqu’on est en novembre qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  D’ailleurs est-il besoin de vous le répéter, vous êtes scorpion et votre appétit est féroce.  Alors, à vous la variété gourmande : « l’huître » (avec jus de citron), « la langue de chat » (en réalité langue au chat, mais qu’importe), « la pieuvre » (ben quoi, vous aimez pas les calamars frits ?) et en guise de dessert, « l’épicurien ».

 

huitre.jpg

 

languechat.jpg

 

pieuvre.jpg

epicurien.jpg


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

C’est pas passque Cupidon hiverne qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Vous rêvez qu’il vienne planter sa grande flèche en vous, comme le centaure bien bâti qu’il est ?  La position du « bambou » est faite pour vous, mais attention, oubliez-là si vous n’êtes pas championne olympique.  Je vous aurai prévenue, venez pas vous plaindre ensuite…

 

bambou.jpg


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

C’est pas passqu’il fait 12 degrés sous votre couette qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  La déprime saisonnière vous guette et vous avez besoin de rire, alors la position de « la cravate de notaire » est faite pour vous.  Rien que son nom, à mourir de rire non ? tout un programme, qui prouvera que les professions libérales peuvent aussi être très coquines.

 

cravate.jpg


Verseau
21 janvier - 19 février

C’est pas passque les petits oiseaux meurent de faim et de soif à l’approche de l’hiver qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Donnez leur tout d’abord de l’eau et des graines, puis inspirez-vous d’eux avec la position de « la pie », que vous pourrez emporter partout avec vous (évitez les lieux publics, c’est interdit par la loi).  Je vous le dis, c’est le bonheur.

 

pie.jpg


Poissons
20 février - 20 mars
C’est pas passque la neige menace qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Je vous conseille cependant la position de « l’anguille glissante » (cherchez pas sur le net, c’est une invention made by Anaïs, jolie non ?), qui est symbolisée par l’expression « courage, fuyons », position bien utile pour échapper aux prétendants collants à souhait qui vous donne autant envie de tester le kamasutra que de manger des choux de Bruxelles arrosés de jus d’épinards.  Bon débarras.

(dessins issu de http://couple.notrefamille.com)

 

novembre 10 001.jpg

 

11
oct

L'horoscope décalé d'octobre paru dans le 7mag

 

octobre10horoscope.JPG

 

L’horoscope décalé d’Anaïs

Bélier
21 mars - 20 avril

Ce matin, votre homme vous a dit qu’il vous aimait malgré vos rides. Lapidez-le à grands coups de pots de deux kilos d’antirides à 500 eur le gramme.  Flagellez-le avec votre gant de crin anticellulite.  Torturez-le en « spritchant » du sérum jeunesse éternelle dans ses vilains yeux.  Puis embrassez-le, passqu’il a tout de même dit qu’il vous aimait.  Mais pour les rides, que ça ne se reproduise plus, non mais. 


Taureau
21 avril - 21 mai

Vous avez la jeunesse et la fougue de votre signe astrologique. Jeunesse du cœur, of course, passque pour le corps, il est temps d’agir, sinon vous aurez vite l’air d’un vieux taureau rabougri, ou plutôt d’une vieille vache en manque d’herbe fraîche.  Fini de vous contenter de regarder passer les trains, à vous les randonnées dans les prairies et les courses folles au milieu des pâquerettes.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Vous vous êtes négligée ces derniers temps, voire ces dernières années, voire même ces dernières décennies.  Bon, j’irais pas jusqu’à dire que vous avez doublé de volume, mais tout de même, votre gras, vous y avez songé, à faire disparaître votre gras ?  Avec les années, le besoin en calories se fait moindre.  Alors, zappez les mousses au chocolat, les beignets et les durums pour leur préférer salades, poissons et viandes grillées ainsi que légumes vapeur.  Déprimant ?  Ben oui, c’est ça vieillir ma bonne Dame.


Cancer
22 juin - 23 juillet

En ce moment vous avez la fibre artistique.  Profitez-en pour écrire vos mémoires, dans un journal trèèèès intime ou sur un blog.  Souvenirs professionnels, récit de votre vie passionnante ou pas, liste interminable de vos ex, évocation de tout ce que vous rêvez de faire d’ici dix ans, peu importe, pourvu que vous laissiez de vous une trace.  Car vous en rêvez, non, de marquer l’histoire ?  Oui, bon, là, vous marquerez nin grand-chose, mais c’est mieux que rien, non ?


Lion
24 juillet - 23 août

Vous voyez là.  Non, là.  Plus haut.  Vers le centre.  Oui, lààà.  Vous avez la ride du lion… c’est d’une logique implacable.  Elle révèle vos angoisses nocturnes et votre questionnement permanent sur tout et n’importe quoi.  Lâchez du lest, rondidju, sinon c’est plus la ride du lion que vous aurez, mais les rides de toute la troupe de lions, femelles et marmots inclus.  C’est pas passque vous n’êtes plus gosse que vous devez vous prendre la tête chaque jour que Dieu fait.  Les adultes irresponsables et superficiels, c’est cool aussi, parfois.


Vierge
24 août - 23 septembre

Célibataire ?  Vous avez pourtant un ami fidèle qui vous aime en silence depuis quelques années.  Si, je vous le jure.  Il vous vénère, vous adore. Il aimerait faire de vous sa reine, vous couvrir d’or et de douceurs.  Sucrées et grasses, les douceurs. Vous l’ignorez, mais vous l’avez dans la peau, ou plutôt dans les artères.  Son prénom ?  Cholestérol.  Alors, heureuse ?

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Rien.  Nada.  Niente.  Pas le moindre petit signe de vieillissement.  Comment faites-vous, à votre âge ?  Allez, soyez pas vache, confiez le nom de vos crèmes miraculeusement miraculeuses à vos amies proches, elles vous en sauront gré.  Mieux encore, lancez-vous dans un trafic de crèmes, que vous leur revendrez au double de leur prix, après les avoir transvasées dans des pots anonymes.  Vous aurez plein d’euros dans la popoche pour vous achetez d’autres crèmes et rester jeune et belle, du coup.  Mais ne dites rien à vos ennemies, tant qu’à faire, c’est tout ce qu’elles méritent.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Consultez votre compte en banque.  Il est bien garni ?  Tant mieux.  Consultez votre montre. Il est dix heures et vous n’êtes pas au bureau ?  Tant mieux.  La conjonction de ces deux phénomènes porte un nom : la pension. On dit que le temps c’est de l’argent.  Si vous avez les deux, à vous la belle vie, le shopping, les massages, les croisières et tout ce qui rime avec « j’ai plus de soixante ans ».  Vous démentiriez la légende urbaine qui dit que les petits vieux sont égoïstes et partageriez avec une chtite Anaïs pas encore pensionnée et pas encore riche ?  Ben quoi, je peux tenter hein…


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Au bureau, rien ne va plus.  Après la crise économique et financière, voilà que l’arrivage de chair fraîche vous rappelle quotidiennement que la vôtre ne l’est plus trop, fraîche.  Quand vous évoquez vos souvenirs d’enfance (les bonbons à deux francs, Candy, Madonna, voire, pire, les bonbons à cinquante centimes, James Dean, Johnny et Sylvie), vous avez la nette impression de parler d’avant-guerre.  C’est un fait.  Mais au moins, vous, vous avez l’expérience.  Et en prime le gros salaire qui va avec.  Na.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Quand vous aviez 18 ans, vous ne pouviez vous offrir un cinq à sept avec un petit jeune, sous peine d’être accusée de détournement de mineur.  Maintenant, à votre âge, que je vous ne demande pas de me révéler, vous pouvez allégrement laisser place à vos instincts primitifs et sauter sur tous les gamins de plus de 18 ans mais moins de 20 qui passent à votre portée.  L’expérience d’une vraie femme, ils adorent ça.  Bon amusement.


Verseau
21 janvier - 19 février

Comme Obélix, vous avez été plongée dans une fontaine de jouvence à votre naissance et  êtes dotée de la jeunesse éternelle. Le temps n’a aucune pise sur votre jolie carcasse. A moins que vous ne soyez affublée d’un très très trèèèèèès bon chirurgien esthétique ?  Vous pouvez tout avouer, de nos jours, ce n’est plus tabou de se faire refaire le nez, les paupières, les seins, les lèvres, le bidou, les fesses, les mollets et les oreilles.  Bon, maintenant, avouez.


Poissons
20 février - 20 mars
Votre gamine de 14 ans vient d’épuiser son quatorzième petit copain, tandis que vous ramez pour conserver votre vieil époux mou du bide et d’ailleurs (à moins qu’il ne vous ait déjà quittée pour une de 16 ans et 45 kilos non essorée – vous c’est 45 ans et 160 kilos bien sèche).  Elle ne vous dit plus « maman, tu es belle » mais « maman, tu es vieille ».  Elle ne vous emprunte plus vos fringues.  Normal, vous n’avez pas trouvé de jean slim à votre taille.  Patientez quelques années, les petits-enfants qui vous diront « mamy, tu es belle » ne tarderont plus, maintenant.

9
oct

Mon billet d'humeur du 7mag (paru le 3/10) : Anaïs a 80 ans, ou presque…

Anaïs a 80 ans, ou presque…

Ceux qui ont la malchance de me côtoyer en live le savent, car je les bassine avec mes questions existentielles morbides à souhait à longueur de cycles lunaires, depuis que j’ai vécu un deuil familial, je n’ai pas perdu le Nord comme le dit Marc Lavoine (ça, c’était déjà le cas…), mais j’ai grimpé une marche, virtuellement, vers la grande faucheuse. 

Virtuellement ?

Pas seulement.

Physiquement aussi.

D’abord j’ai deux cheveux blancs.  Enfin deux que j’ai repérés. Sans doute plein d’autres, cachés là, derrière, ou là, en haut, mais je ne veux pas le savoir. JE NE VEUX PAS LE SAVOIR. Je pensais que j’en avais un, puis quelqu’un (vade retro satanas) m’a fait croire une année durant que j’en avais plein que je ne voyais pas, because moi être myope comme une taupe dépressive.  Finalement, c’était une blague (ah ah ah, on a bien ri, je vous le dis, mais où ai-je donc rangé cette bouteille d’acide sulfurique ?).  Maintenant j’en ai plus, plus dans le sens « plus du tout », pas dans le sens « encore beaucoup plus », car j’ai fait appel au dieu Loréal, passque je le vaux (veau ?) bien.

Ensuite, j’ai des rides.  Des ridules au coin des yeux, ça fait un bail, je les aime bien.  Mais depuis quelques jours, c’est l’enfer, j’ai découvert que j’avais les rides du lionceau, en d’autres termes les rides du lion, mais toutes petites quoi, à force de froncer les sourcils because les soucis et les drames de mon existence namuroise.  C’est moche.  Vais-je devoir bientôt implorer le dieu Botox ?

Enfin, j’ai les nichons qui font la moue.  Ils tirent la gueule.  Zont toujours été parfaits, et là, me font le coup de crayon.  A droite, ça va, le crayon ne tient pas encore.  Mais à gauche, il tient.  Même qu’un plumier tiendrait quasiment aussi.  Non, j’exagère (un chouia), mais je vois qu’ils boudent, c’est clair et net.  Après le dieu Botox, vais-je supplier le dieu chirurgie remonte-loches ?

Mais en fait, moi je remarque tout ça, mais je prie, je prie, je prie (dingue ce que dieu et les prières viennent faire dans mon souci d’âgecanonix version femelle), je prie afin que personne ne le remarque

Ben c’est râpé, preuves à l’appui.  Le coup de vieux doit être plus énoooormissime que je l’imaginais.

L’autre jour, dans le bus.  J’entre.  Y’a foule.  Toutes les places sont prises.  Je reste debout et m’accroche à une barre verticale, tant bien que mal.  Et là, un monsieur se lève et me dit « prenez ma place Madame ». Aaaaaaaaaaargh, c’est quoi ça, me filer sa place ?  En plus, il a 90 ans le galant homme.  Je rétorque que non, qu’il reste assis.  Il insiste, car il descend au prochain.  Et s’il venait à tomber d’ici le prochain ?  Je m’assieds à sa place, gênée.  Monte ensuite une vieille dame avec canne.  J’en profite pour lui proposer ma place, par pitié, qu’elle la prenne.  Elle refuse, me disant « y’a de la place là-bas madame, merci, restez assise ».  Nan, elle a pas dit « restez assise, dans votre état », ou « restez assise, c’est mieux pour vos rides du lion » ou « restez assise, vos varices s’en porteront mieux », mais je l’ai vu dans ses yeux.

Et puis l’autre jour (bis), je reçois un mail sur ma boîte blog.  Une invitation.  A un colloque.  Sujet du colloque, je vous le donne en mille : « vieillir ».  VIEILLIR.   

Et l’autre jour encore (ter), un autre mail.  Encore une invitation.  Encore un colloque.  Organisé par un service provincial de santé mentale centré sur les problématiques des seniors et ayant pour thème : « vieillir… et vivre ». VIEILLIR, encore et toujours.

La troisième invitation traitera-t-elle de « vieillir et mourir ? ».

Non, mais on me cherche, je ne vois que ça !

Manquerait plus qu’ING m’informe que mon compte est bloqué à 1000 eur de retrait par semaine, et la boucle serait bouclée. 

Ouf, j’ai du bol, chuis pas chez ING… je l’ai échappé belle.

Et une chtite photo du mag, prise sur mon transat, assorti à la chronique, choli hein, avec les fuchsias et les fleurs clochettes mauves dont j'oublie toujours le nom (dingue comme j'ai une mémoire passoire) dans le fond de la terrasse...

(Lundi, reviendez ici lire l'horoscope décalé...)

octobre10.JPG

8
sep

Du bord de la mer...

... pieds dans le sable, soleil dans les yeux, coquillages et crustacés, moules dans l'estomac, phoques dans les mirettes, je pense à vous et vous propose de découvrir une page de chroniques que j'avais préparée pour un féminin (nan je dirai pas lequel, même sous la torture) qui m'avait contactée, adoooorant mon style... finalement, le projet est récemment tombé à l'eau, le lectorat n'étant pas vraiment composé de jeunes femmes célibataires, mais plutôt de ménagères de moins de cinquante ans mariées fières de l'être... J'ai pleuré des larmes de sang. Et puis tant pis.  Je n'allais pas laisser dormir cette page écrite, alors, durant mon absence de ce jour, voilà un peu de lecture pour vous...

La virée shopping, sans mâle, c’est bien mieux…

 Vous avez déjà essayé, vous, une virée shopping dans ce magasin suédois qui vend des tas de trucs géniaux aux noms totalement imprononçables, genre Bïnsmäärt, Persbyfakt ou Prätikschmulgrundminren, en compagnie d’un mâle, un homme, un vrai de vrai ?

 Moi oui. 

Testé, mais pas approuvé, foi d’Anaïs. 

Passque j’en étais toujours à m’extasier sur la première passoire rose disponible et tellement beeeeeelle, là, tout à l’entrée du magasin, qu’il m’attendait déjà aux caisses, scrutant sa montre à qui mieux mieux et triturant sa carte de banque d’un air angoissé (angoisse bien justifiée, je l’avoue).   

Comment voulez-vous, dans ces conditions, faire votre shopping nordique sereinement ?  Même pas une petite halte pour dévorer un hot-dog et un coca light.  Même pas une petite pause canapé semi crapuleuse, bisous langoureux en bonus.   

Une fois mais pas deux, croyez-moi. 

Désormais donc, je squatte cet endroit divin en compagnie féminine.  Exclusivement féminine.  Et plus on est de folles, plus on rit. 

Pour l’occasion, nous réservons toute notre journée.  Il faut bien ça. 

Et, alors que les casées heureuses nous dépassent au pas de course, tirées qu’elles sont par leur cher et tendre n’aspirant qu’à quitter ce lieu de perdition pour le portefeuille, nous nous promenons, nous savourons, nous testons chaque canapé et chaque chaise de bureau.  Nous rêvons de notre future cuisine, des étoiles plein les yeux.  Nous redécorons notre intérieur.  Nous faisons provision de babioles, cartes et autres objets inutiles mais tellement jouissifs.  Nous bavons devant les plantes vertes quasi trop vertes. Et nous finissons en beauté, avec un repas bien mérité (après l’effort, le réconfort, dit l’adage), sans oublier, of course, ce succulent gâteau bien sucré bien gras bien suédois et totalement « croustifondant ».  Orgasme gustatif garanti. 

Et, parfois, en cherry on the cake, comme si nous n’étions pas encore repues de shopping, nous enchaînons avec, au choix, un magasin de livres, un magasin de sport, un magasin de nimportequoiquisevende, pour conclure enfin avec un fast food ou un cinéma.  Histoire que la journée soit totalement, absolument et irrémédiablement parfaite.   

Ah oui, dans ces moments-là, c’est clair et net comme clarinette : le célibat, c’est le pied.


La minute méditation

« Je suis célibataire parce que je n'ai pas trouvé l’homme qui me mérite ! » (librement inspiré de Lionel Chrzanowski)

 

La lecture du mois : Joséphine – Pénélope Bagieu

 Qui a dit que les bandes dessinées étaient réservées aux mecs ?  Pas moi.  Surtout depuis que j’ai découvert Joséphine.  Elle est célibataire.  Elle a trente ans, enfin sans doute un peu plus.  Elle vit avec son chat.  Elle est taillée en bouteille de chianti et ça la complexe un peu beaucoup.  Elle rêve du grand amour, le seul, le vrai.  Elle fera tout pour le trouver, na.  Elle est la reine de la gaffe, tant au niveau professionnel qu’amical ou amoureux… Elle est à mourir de rire.  Elle est moi.  Elle est vous.  Lire Joséphine, c’est bien souvent lire sa propre vie.  Et c’est totalement jubilatoire !

 Joséphine – Tome 1 (2008)

Joséphine – Tome 2 – même pas mal (2009)

Joséphine – Tome 3 (septembre 2010)


 

 Le film qui met des étoiles dans vos mirettes

Orgueil et préjugés, de Joe Wright, avec Keira Knightley et Matthew MacFadyen, vous plongera dans les amours contrariées du 18e siècle, avec leur côté si chaste et pourtant totalement érotique.

 

Ensuite, n’hésitez pas lire l’ouvrage qui a inspiré ce film, écrit par Jane Austen.

 

Le blog à découvrir

 

http://lesaventuresdemissash.over-blog.com/



7
sep

L'horoscope décallé de septembre paru dans le 7mag

 

septembre10horoscope.JPG

 

L’horoscope décalé d’Anaïs

Bélier
21 mars - 20 avril

Rentrée oblige, offrez-vous une grammaire, un dictionnaire et un guide de conjugaison.  S’est pat parse que vous n’allé plu à l’ékole qu’il fau négligé votre fasson d’écrir.  Vous voulez qu’on pense que vous avez le QI d’une moule bouchot ou quoi ?  La tehon, surtout si vous avez des enfants à instruire.  Et puis le français, c’est hyper simple.  Commencez par l’accord des participes passés, vous allez vous en sortir les doigts dans le nez.


Taureau
21 avril - 21 mai

Vous êtes aussi raide que Rocco Sifredi lorsqu’il travaille.  Zappez dès lors tous les achats de rentrée.  Recyclez vos vieilles fournitures, traînez dans les boutiques de seconde main, adoptez la radin’attitude en récupérant les bics et lattes publicitaires.  Ensuite, enfermez-vous tout le reste du mois, vous éviterez les représailles sanglantes de votre marmaille, avide de jolies choses neuves, clinquantes et … horriblement chères.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Pour vous rentrée signifie sorties, puisque c’est maintenant que vous allez enfin partir zoner sur les plages de sable fin, faire l’amour comme la bête du Gevaudan et être en permanence plein comme une baudruche. Vous avez bien raison, les lieux de villégiatures sont désertés par les familles heureuses et les braillards, tous plongés dans leurs cahiers de classe.  Dites, vous me ramenez une tranche de soleil, siouplait ?


Cancer
22 juin - 23 juillet

Dans votre cartable pour cette rentrée, un taille-crayons.  Rien que ça. Vous êtes d’une telle nervosité qu’il vous permettra de tailler facilement une veste à tout qui vous exaspère.  Mais faites gaffe aux tensions que vous allez créer.  Et évitez les violences inutiles, car le sang, ça tache, et ça part difficilement au lavage, n’en déplaise aux services marketing de toutes ces poudres à lessiver miracle.


Lion
24 juillet - 23 août

Reboostée par les vacances, vous nagez totalement dans le bonheur.  Continuez sur votre lancée, inscrivez-vous à un cours d’aquagym.  Ça vous permettra d’évacuer toute cette cellulite accumulée durant ces vacances que vous encensez tant et de vous débarrasser de cette bouée de gras dont vous n’avez nul besoin, puisque vous savez nagez.  Allez, on se bouge le (gros) popotin.

Vierge
24 août - 23 septembre

 Les célibataires manqueront cruellement de câlins en cette période déjà ô combien déprimante.  Zappez les classiques de la rentrée et consolez-vous avec une petite peluche bien rose bien glamour bien douce.  Pleurez un bon coup sur votre triste sort en la câlinant très fort.  Ensuite, essuyez vos larmes, inscrivez-vous sur un site de rencontres et oubliez à tout jamais le célibat, cette charogne, cette vipère, cette ordure…

Balance
24 septembre - 23 octobre

Bientôt votre anniversaire.  Pour cette rentrée, retirez 2500 euros de votre compte en banque et dépensez tout.  J’ai bien dit tout.  Vous n’avez pas 2500 euros ?  Ben empruntez-les (faut tout vous dire, pas futée la balance ce mois-ci).  Les crédits, c’est pas fait pour les caniches.  Et les règlements collectifs de dettes, c’est pas fait pour les bouledogues. Bon amusement (jusqu’à l’arrivée de l’huissier).


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Cette rentrée sera pour vous synonyme de formations.  Vous avez toujours rêvé de vous spécialiser dans la fabrication des petits pois farcis au riz pilaf / des chapeaux pointus turlututu / d’un onguent qui sauvera la population des attaques estivales de zébrés et autres insectes buveurs de sang / du préservatif pour célibataires endurcis sans date de péremption (biffez les mentions inutiles) ?  Foncez, l’humanité vous en saura gré.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Après les folies estivales, votre organisme a besoin d’un coup de boost... pour survivre aux folies automnales, petite coquine.  Oubliez cahiers et plumiers soporifiques.  Avalez vitamines A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z, zinc, fer, ginseng, magnésium, gingembre… bref tout ce qui se vend sur le marché et qui va vous faire l’effet de cent mille canettes de « Boulerouge ».  Bonnes folies.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous en avez toujours rêvé, c’est le moment de vous l’offrir : un coupe-papier.  Tout beau.  Tout brillant.  Tout tranchant.  Enfin, vous allez pouvoir vous adonner à votre sport favori : ouvrir les enveloppes, déchirer les factures, trancher les publicités, trucider les toutes-boîtes, égorger les facteurs… strooooooooooooooooop, mais ça va pas la tête, vous allez virer tueur en série à ce rythme-là.  Maîtrisez-vous, que diable !


Verseau
21 janvier - 19 février

Rien ne va plus dans votre couple, et c’est votre faute.  Oui, votre faute.  Ne le niez pas, vous avez tout fait pour en arriver là.  Vous sentez le poids de la culpabilité sur vous, là ?  Pas encore ?  Allez, concentrez-vous, vilaine !  Courez acheter un joli stylo et des cartouches roses.  Dressez ensuite la liste des qualités de votre moitié.  Lààààà, vous voyez que c’est l’amour de votre vie, vilaine.  Keske vous faites encore ici, allez vite l’embrasser.


Poissons
20 février - 20 mars
Une petite gomme parfumée à la fraise, ça vous dit ?  Naaaan, pas pour vos mômes, pour vous, rien que pour vous.  Votre enfance vous manque autant que le chien manque à la puce, admettez-le, n’en ayez pas honte.  C’est pas parce que vous êtes ridée comme une pomme à l’agonie et cernée comme un malfrat que vous n’avez pas droit à votre petit plaisir régressif, vous aussi.  Mais attention, ça ne se mange pas.

6
sep

Ma chronique du 7mag... parue hier : Ça flaire la rentrée

septembre10.JPG

(demain, l'horoscope...)

"Ça flaire la rentrée

A l’heure où je vous écris ces lignes, soit mi-août, ça sent déjà la rentrée.  Ou plutôt, ça pue la rentrée, pire que si j’avais marché dans une crotte de doberman géant.  Ou de doberman nain.  Une crotte étant ce qu’elle est, quelle que soit sa taille, elle pue.

De une, il pleut de façon incroyable, n’en déplaise à l’IRM qui précise que ce sont les normales saisonnières pour notre petit pays, alors que ma piscine pour pieds, savoir une vieille bassine bleue qui m’a été bien utile pour faire descendre ma température corporelle lors de mes derniers ébats amoureux lors de la canicule s’est remplie totalement en une seule nuit de pluie hier, si ça c’est normal, moi je suis la reine d’Angleterre. Et puis les jours diminuent, beurkitude intégrale.  Météo de rentrée.

De deux, dans les supermarchés et librairies, dans les folders publicitaires, dans les devantures de magasin, bref partout, c’est l’invasion de grammaires, dictionnaires, plumiers, bics, stylos, feutres, crayons, marqueurs, correcteurs, fluos, cahiers et autres classeurs multicolores.  Ambiance de rentrée.

De trois, les bottes ont déjà envahi les magasins de chaussures.  Tchu y’a de super modèles, je vous le dis, je vais encore faire pleurer mon banquier et gémir ma carte de crédit.  Les fringues en soldes sont toujours tapies dans un coin à espérer une adoption de dernière minute que la nouvelle collection pointe déjà le bout de son nez avec son lot de coloris tous plus sinistres les uns que les autres. Fringues de rentrée.

Oh, oui, c’est indéniable, ça flaire la rentrée…

Quand j’étais môme (donc au siècle dernier), j’appréhendais la rentrée.  Et j’adorais la rentrée.   

Je l’appréhendais, la rentrée, car elle signifiait de nouveaux professeurs, de nouveaux potes de classe et de nouveaux cours de gym et sport, ma hantise, avec leur lot de cabrioles sur cheval d’arçon, de sauts sur « plint », d’abominables matches de volley et d’échecs scolaires pour bibi.  J’ai tout tenté pour y échapper : feindre de tomber malade tous les lundis à la même heure, rater le bus scolaire, avoir mes « ragnagnas » chaque semaine, prétendre souffrir d’une maladie gravissime dont je n’avais le droit de parler à personne… en vain.

Je l’adorais, la rentrée, car elle était synonyme de nouveaux protège-cahiers, classeurs, bics et plumiers.  Et puis la mallette.  Sans oublier les chaussures, le manteau d’hiver et les traditionnelles nouvelles sapes de rentrée.  Quand, encore en plein été, nous allions faire les courses de rentrée, ben c’était Saint-Nicolas et Noël avant l’heure.  A l’époque, le bio-économico-écolo n’avait pas encore envahi les rayons et les mentalités.  Je pouvais donc, sans culpabiliser, opter pour des articles pleins de produits chimiques cancérigènes fabriqués par des enfants de trois ans au fin fond de la planète Mars.  Que du bonheur.

Oui, j’aimais et je détestais la rentrée.

Alors, maintenant que je suis devenue une grande fille sérieuse, chaque année, en septembre, j’ai un léger pincement au cœur.  Je bénis le ciel de ne plus subir les affres de la rentrée scolaire, bien sûr.  Mais je regrette un tout petit chouia le temps où, durant la dernière semaine d’août, je passais ma journée à renifler ma nouvelle gomme parfumée à la fraise et à ranger mon plumier plein de jolies choses, tout en priant pour qu’il pleuve le 1er septembre, afin que je puisse porter mes jolies bottes et mon manteau bien chaud.

Rhaaaaa, vivement que j’aie des enfants, pour pouvoir revivre ça par procuration.  Mais sans gommes parfumées, c’est cancérigène.  Et puis sans produits fabriqués par des pauvres gosses, non mais ça va pas la tête.  Et sans nouvelles fringues, faut pas pousser, tout ça c’est que du marketing.  Et puis sans mot d’excuse pour les cours de gym ou sport, passque le sport, c’est bon pour la santé.  Qui a dit que j’étais un futur bourreau, que je le frappe bien fort avec mon plumier.

Alleye, bonne rentrée à tous, scolaire ou pas."

6
jui

L'horoscope de juillet - août dans 7mag

L'horoscope décalé d'Anaïs

Bélier
21 mars - 20 avril

Vos cuisses, vos fesses et votre bidou ramolli vous rappellent cruellement à l'ordre : vous avez du poids à perdre cet été.  Optez pour Koh Lanta, qui vous promet un régime alimentaire à base de vers crus, de poissons crus, de crabes crus et de riz cru, qui remplaceront rapidement votre taille d'abeille (voire de bourdon, si les macarons ont été la base de votre alimentation ces six derniers mois) par une jolie taille de guêpe.


Taureau
21 avril - 21 mai

Vous aurez besoin d'un réel retour aux sources.  Rejoignez la Ferme des célébrités et à vous le chant du coq, la récolte d'œufs frais, les vêlages en pleine nuit et le fumier à prendre à bras le corps dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne.  Sans oublier le beurre, l'argent du beurre et le sourire du fermier. Bol d'air frais et bouses de vache assurés.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

La dualité propre à votre signe vous confronte à un Dilemme : partir en vacances ou ne pas partir en vacances (that's the question).  Lisez attentivement ma chronique, elle vous aidera à faire le bon choix (meuh non, ce n'est pas un message subliminal, juste un conseil sensé).


Cancer
22 juin - 23 juillet

Fauchée comme la luzerne pour les vacances ?  Jetez votre dévolu sur Greg le millionnaire, qui vous emportera dans son tourbillon de sorties toutes plus « pipole » les unes que les autres. Dans ce milieu branché, la taille des bouteilles de champagne est inversement proportionnelle au QI des invités.  Comme cela, votre cerveau aussi sera en vacances. 


Lion
24 juillet - 23 août

Vous vous sentez pousser des envies de sortir vos griffes.  Intégrez un Loft, où la promiscuité des vacanciers et les odeurs qui en découlent inévitablement vous permettront d'assouvir vos instincts bestiaux.  Attention cependant, n'oubliez pas qu'à tout moment, vous serez filmée.  Et que tout cela pourra être retenu contre vous dans un tribunal.


Vierge
24 août - 23 septembre

Entre votre moitié et vous, rien ne va plus.  Le doute s'est récemment installé dans votre couple, tel un morpion dans un slip.  Jouez le tout pour le tout : partez ensemble sur l'Ile de la tentation, et découvrez si une femelle blonde siliconée ou un mâle ténébreux bodybuildé feront tout voler en éclats.  A vos risques et périls...

Balance
24 septembre - 23 octobre

Vous ne supportez plus les secrets que vous imaginez (mal) cachés dans votre famille.  Proposez-leur de jouer à Secret Story, afin de faire toute la lumière sur l'opération du nez de Tata Chloé, la fille cachée d'Oncle André et les poussées d'acné de Pépé René.  Jouez le jeu : révélez également vos petits secrets, c'est le moment c'est l'instant.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Vous ne le savez que trop, L'amour est aveugle.  Mais le quotidien vous a rendu la vue et votre conjoint vous apparaît actuellement sous la forme d'un crapaud putride impossible à transformer en prince charmant.  Si vous êtes une jolie princesse parfaite, quittez-le et cherchez un vrai prince.  Dans le cas contraire, mettez de la flotte dans votre vinasse, que diable.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Célibataire cet été ?  Ne pleurez plus, le Bachelor va ravir votre cœur.  Si vous êtes blonde à forte poitrine / yeux bleus / lèvres pulpeuses / fesses rebondies et savez sourire béatement lorsqu'il vous tendra sa rose, c'est in the pocket.  Sinon, consolez-vous sur un site de rencontres.  Je ne garantis pas le résultat, mais qui ne tente rien n'a rien.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous êtes persuadée que vous n'avez vraiment pas Tout pour plaire.  Deux solutions s'offrent à vous. Casser votre cochon pour vous payer un ravalement de façade intégral (demandez un prix de gros, tant qu'à faire).  Ou vous octroyer les services d'un coach en image (là aussi, le prix de gros peut-être utile).  Ou encore, bien moins onéreux : acceptez-vous telle que vous êtes.  Ça fait trois solutions et non deux, je sais, mais vous le valez bien.


Verseau
21 janvier - 19 février

Vous n'avez pas peur de provoquer la colère des cieux en chantant faux, persuadée que vous êtes de votre talent intersidéral (Cindy Sander, sors de ce corps).  La Nouvelle Star, c'est vous.  Sillonnez les plages à la recherche de votre public.  Si les tomates et les œufs pourris pleuvent, n'insistez pas.


Poissons
20 février - 20 mars
Vous aurez les pieds bien sur terre et non perdus dans une téléréalité trop étriquée pour votre goût d'aventure.  Ou plutôt, vous tirerez votre épingle du jeu et vous vous organiserez votre propre émission de téléréalité rien qu'à vous, avec des vacances mêlant dépaysement, découverte et discussions sans fin autour d'une coupe, sans oublier les incontournables disputes suivies de réconciliation sur l'oreiller. Que du bonheur.    

5
jui

Ma chronique du 7mag

Vous l'avez réclamée tellement ardemment que je vous la publie immédiatement.  Bonne lecture.  Pour l'horoscope de votre été, il vous faudra attendre demain...

Vive les vacances !

Aaaaaaaaaaaaaah, les vacances, sea, sex and sun...

Sérieusement, vous aimez les vacances ?  Vous aimez VRAIMENT les vacances ?

Moi j'aime pas les vacances.    

J'aimerais les vacances si je pouvais me téléporter, d'un coup de baguette magique, sur une île paradisiaque.  Seule.

Cela m'épargnerait la première, mais non des moindres, épreuve : la préparation des bagages.  Vous avez déjà tenté, vous, de faire entrer le contenu de trois garde-robes dans une minuscule valise ?  Totalement impossible.  Alors, je trie, j'évince, je sélectionne... et je me retrouve, durant mon séjour, à devoir jongler avec la bagatelle de dix tops, sept maillots, onze tuniques, neuf pantalons, six shorts, douze jupes et trente pulls (les nuits sont froides en bord de mer).  Comment voulez-vous qu'une femme soit une femme avec si peu ? 

Après les bagages (ou avant, selon que vous préférez l'enfer ou le purgatoire pour commencer) vient le moment de la préparation physique.  Nan, je ne parle pas de musculation et d'abdos, pour cela j'aurais dû m'y prendre onze mois plus tôt... Je serai donc contrainte de parader sur la plage, le ventre en flan, la fesse triste et la cuisse dépressive.  Sans parler de la peau blanche comme une Sédergine, passque, moi Madame, je suis pas cap' de subir dix séances de banc solaire pré-vacances, à suffoquer comme un phoque et suer comme un morse.  Donc, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos poils, puisque c'est de cela dont il s'agit lorsque j'évoque la « préparation physique » : l'anéantissement intégral et si possible irréversible (en voilà une qui croit dur comme fer à Papa Noël, même en plein été) de toute pilosité superflue : entre les cuisses dépressives, sous les bras chewing-gum, au-dessus des lèvres non siliconées.  Partout, on a dit. 

Ensuite, direction l'aéroport, où, déjà, la foule en délire laisse présager ce qui m'attend sur les plages ... où les vacanciers en furie sont plus nombreux que les grains de sable.  Pour trouver un mètre carré où placer mon drap de bain, la négociation sera ferme.  Et avec beaucoup de chance, si j'échappe à  la colère de Eyjafjöll, je me retrouverai coincée entre un vieux monsieur à la bedaine poilue et une famille très très nombreuse et très très énervée.

Je vous fais grâce des couplets sur les buffets dressés en hommage à la turista, les piscines pleines d'enfants et de verrues potentielles (je ne parviens pas à déterminer ce qui est le pire) et la drague lourde durant les soirées organisées par les GO de l'hôtel.

Alors, moi, après des années d'intense réflexion (oui, on a l'âge de ses artères, ma bonne Dame), j'ai trouvé mes vacances idéales.  Désormais, je zappe les oiseaux de métal et la foule en délire de Torremolinos and co, pour me rabattre sur mon petit jardin à la belge.  

Vous trouvez que ça manque d'exotisme ?  Bon, pour vous faire plaisir, je veux bien ajouter un petit palmier dans le fond du jardin.  Ça va mieux, comme ça, pour l'exotisme ?

En attendant, allez, promis, je ne vais pas gâcher totalement votre plaisir, car les vacances c'est aussi le soleil, les apéros, la plage, les apéros, le farniente, les apéros, votre homme qui vous enduit d'après-soleil et plus si affinités, les apéros, les buffets gargantuesques, les apéros, les excursions dans les îles, les apéros, les châteaux de sable, les apéros, les salades, les apéros, les grasses mat', les apéros, le pain frais en grosses tranches recouvertes de beurre salé et de Nutella, les apéros, la lecture au bord de la piscine... et les apéros.

Bonnes vacances (quand même) !

4
jui

The big retour of the mort qui tue of Anaïs in the belgian press (in 7mag)

Hey les petits amis, il est reviendu le temps où je me lève à l'aube pour aller chercher des croissants et la presse.  Because I'm back in the press, ô happy day (ôôô happy day), et deux fois ma bonne dame, que du bonheur.

Une chtite chronique mensuelle, cette fois sur les vacances, c'est de circonstance, et puis, big surprise, un horoscope, mensuel lui aussi.  Naaaan, j'ai pas fait une formation accélérée en horoscopeuse, étude des étoiles et tout et tout, c'est un horoscope décalé, juste pour rigoler quoi, et ça m'a beaucoup amusée de le faire, même si ça m'a pris un temps de siphoné, passque douze signes, ça rigole pas hein... ou plutôt si, faut que ça rigole, et pour les douze signes, et c'est nin facile hein ça.  Mais j'ai pris mon pied en rédigeant tout ça, c'est l'essentiel.  J'espère que vous le prendrez en le lisant.

Alors, tout ça c'est à lire dans le mensuel 7mag, inséré dans 7dimanche, een krant zo vers als uw croissant (private joke pour ceux qui ont connu ce journal dont j'ai oublié le nom mais pas le slogan).  Si vous êtes bien sages, vu que je sais que vous n'êtes pas tous belges (une fois) et que vous venez de France, Etats-Unis, Zimbabwé et Mars, je peux vous insérer la chronique et votre horoscope de l'été sur ce petit blog... mais uniquement si vous êtes sages et si vous le demandez bien poliment, passque la politesse dans la vie, c'est essentiel.

Bon dimanche à tous.

juillet10

juillet10horoscope

25
sep

Mes humeurs du jour (enfin d'hier) dans la Meuse Namur

Faut-il b... comme un escargot pour lutter contre la grippe ?

Je viens d'apprendre, selon une étude hautement scientifique menée durant vingt ans (fou comme les scientifiques ont parfois du temps à perdre) par un spécialiste des gastéropodes suisse ainsi que par des experts des states, que la sexualité des escargots leur permet de mieux lutter contre les parasites. 

Je vous passe les détails de l'étude, un peu soporifiques, mais il semble que, pour les escargots ainsi que tout le règne animal (soit l'homo sapiens y compris), la reproduction par voie sexuée (en opposition à la voie asexuée, pratiquée par exemple par les plantes, les reptiles ou les bactéries, faut tout vous expliquer ma parole) présente divers avantages.  Vous avez sans doute connaissance de ses principaux atouts, je ne vais pas vous faire un dessin, petits filous que vous êtes... mais vous ignorez peut-être que ce type de reproduction permet de mieux lutter contre les parasites. 

En extrapolant un peu (voire beaucoup), j'en viens à me dire qu'il serait bon de se lancer dans une pratique assidue de la sexualité et/ou de faire des bébés rapido presto... passque, hein, bon, la grippe mexicaine, ou du cochon, ou H1N1, quel que soit son véritable nom, est à nos portes, ne l'oublions pas. 

Je sais, la grippe, c'est un virus et non un parasite, mais tout prétexte n'est-il pas bon pour se lancer à corps perdu dans le plaisir de la chair ?

Sur ce, j'y fonce.  Et vous, keske vous faites encore là ? 

 

17
sep

Mes humeurs du jour dans la Meuse Namur

Tourner sept fois sa langue en bouche...

Y'a des jours où je ferais mieux de me taire.  De la fermer.  De me coudre les lèvres avec du bon fil à suture et d'y ajouter un sparadrap géant pour une sécurité absolue.  Shut up. 

Des jours où la parole est d'argent, mais le silence d'or, comme disait ma grand-mère.

Quand une collègue m'annonce son passage chez le coiffeur et qu'à son retour, je m'exclame en rigolant « ben t'y as pas été finalement chez le coiffeur ? » (ben si Anaïs, ouvre tes zieux).

Quand je sors mes théories foireuses sur les maladies mentales qui conduisent au suicide, souvent héréditaires, à un pote, qui me rappelle ensuite la façon dont sa maman est décédée... par ingestion volontaire de somnifères.

Quand je dis à un pote « oups t'as un sacré coup sur le nez, tu t'es battu ? » (euh non Anaïs, juste un bouton qui se prépare).

Quand je trahis un secret, par distraction Deux fois d'affilée en plus.

Quand je réponds à une connaissance qui baragouine une phrase avec le mot « enceinte » « aaaaaah félicitations, je me disais bien que t'avais un peu forci ces derniers temps, c'est pour quand ? » (non Anaïs, c'est sa sœur qui est enceinte.  Elle, elle est juste ballonnée.  Comme toi d'ailleurs).

Quand je singe mon patron chéri, en big méga humoriste que je suis, au moment même où il surgit dans le bureau, aussi silencieux qu'une moule sur son rocher.

Ces jours-là, autant être claire et nette : Anaïs, ferme-la.